Étiquettes

… sur une part de son vécu …

Déjà qu’à un an ses parents
Poussaient son landau en gueulan
Pour Vanzetti et pour Sacco
Il a grandi sous une banderole
Entre une affiche et un seau d’ colle
La moindre manif, il y go
Sacré coco

Soixante-dix piges et des poussières
Qu’il balaie chaque anniversaire
Entre les miettes et les mégots
Comme il dit "J’ suis un dinosaure"
On cherchait pas le même trésor
C’est là qu’on n’est pas ex-æquo
Sacré coco

Il dit aussi "Juré, craché!
J’ boss’rai pas pour des haricots
Et si ça arrange leurs affaires
Demain pour la classe ouvrière
J’ port’rai des godasses en croco"
Sacré coco

Il dit même "Pour les non-voyants
Il faudrait écrire les slogans
En braille sur les calicots"
En classe, il a pas été loin
Mais il connaît sur l’ bout des poings
Cézanne, Beethov’ et l’ père Hugo
Sacré coco

On rentre chez lui sans frapper
Là où c’est écrit "J’aime la paix"
Au trente-six rue des coquelicots
On sirote un alcool de fruits
En rigolant, il dit qu’ chez lui
C’est l’ temps des cerises en bocaux
Sacré coco

On chante la jeune garde à tue-tête
Quand c’est qu’ des fois sous sa casquette
Souffle un vieux coup de sirocco
Et le lendemain, sa geule de bois
Sûr c’est la faute à Paribas
C.I.A. monopole and co
Sacré coco

Pour la castagne, il crie "D’abord!"
Pour la fiesta, il crie "D’accord!"
Et pour le cul, il crie "Banco!"
Il dit encore "Si il fait froid
Lutte à l’envers, lutte à l’endroit
Se battre, c’est se faire son tricot"
Sacré coco

"Y a pas de sans-culotte au ciel"
Comme il dit "J’suis pas éternel
D’ailleurs, Dieu c’est du rococco
Quand j’ s’rai mort, juste un bouquet rouge
Des chansons et des gens qui bougent
Pour qu’ le vent reprenne en écho"
Sacré coco

Texte Allain Leprest