Étiquettes

Une chanson d’hier et hélas encore plus vraie aujourd’hui

Tandis qu'monte de l'Afrique
Les cris des enfants affamés
V'là que j'dois fermer boutique
M'tirer m'casser j'suis dépassé
Comme mon père et les aïeux
J'avais d'la terre à mes souliers
La tête en plein dans l'ciel bleu
Paysan c'était mon métier

J'suis qu'un péqu'not qu'un bouseux
Ca n'vaut pas plus aujourd'hui
Qu'un chômeur même pas trop vieux
Qu'une tribu d'Amazonie

Bien sûr on prête à sourire
Quand on est issu des croquants
A peine si on ose dire
Qu'on aimait ses bêtes et ses champs
D'nos jours pour être respecté
Faut être c'qu'ils appellent un battant
J'suis pas du genre à rayer
Tous les parquets avec mes dents

J'suis qu'un péqu'not qu'un bouseux
Ca n'vaut pas plus aujourd'hui
Qu'un Kurde assis près d'son feu
Qu'un instit' en Algérie

Ouais j'ai pas honte d'affirmer
Que j'aimais r'garder au printemps
Les premières pousses de blé
Les premiers bourgeons dans le vent
Et j'pourrai pas oublier
Ma colline et mes bancs de brume
Paraît que les fleurs des prés
Ca pousse pas bien sur le bitume

J'suis qu'un péqu'not qu'un bouseux
Ca n'vaut pas plus aujourd'hui
Qu'un mec qui s'shoote en banlieue
Qu'un pauv' qui crève à Paris

Labourer, s'mer, récolter
Passer sa vie au cul des vaches
Ca n'empêche pas de penser
Doit y avoir des trucs qu'on nous cache
Quand trois-quarts de la planète
Se bat autour d'un croûton d'pain
Qu'on m'explique pourquoi on m'jette
Qu'on m'dise pourquoi j'sers à plus rien

J'suis qu'un péqu'not qu'un bouseux
Ca vaut bien moins aujourd'hui
Qu'un d'ces experts de mes deux
Qu'un d'ces Enarques abrutis

La ferme était trop petite
Ou bien trop grande j'me rappelle plus
Bref y a bien fallu qu'je quitte
Mon tracteur mes poules ma charrue
J'vais donc me mettre à becqu'ter
Bien emballée dans du plastique
Ya rien d'mieux pour la santé
D'la merde importée d'Amérique

J'suis qu'un bouseux qu'un péqu'not
Et c'que j'vaux ben c'est zéro
Comme un black dans son ghetto
Comme un cul d'jatte à Rio

C'est sûr qu'dans quelques années
On f'ra un musée d'mon domaine
Où des paquets de tarés
Viendront passer la fin d'semaine
Moi j'aurai r'joint dans le rue
Les sans-papiers les sans-boulot
Ca n'f'ra qu'un exclu de plus
Un jour y en aura un de trop

J'suis qu'un péqu'not qu'un paumé
Ca n'vaut pas plus aujourd'hui
Qu'la parole d'mon député
Qu'la gueule d'mon banquier pourri

Michel Bühler