Étiquettes

… et tant qu’à faire … réforme de la constitution afin que cessent ses clowneries …

Couverture Charlie du 15 juillet 2020

Le « coup » Darmanin

La nomination de Gérald Darmanin au ministère de l’Intérieur malgré la plainte qui le vise est évidemment régulière en droit, puisque la présomption d’innocence vaut pour tous les justiciables, y compris pour les « puissants ».

Qu’elle soit politiquement habile et moralement justifiable est une autre affaire, celle de l’intéressé et du président d’abord. Celui-ci a fait un choix qui, pas davantage que la sélection du garde des Sceaux, n’est aucunement une maladresse. C’est au contraire l’expression parfaite de la volonté profonde qu’a Emmanuel Macron de renverser toutes les tables.

Cliver à partir du centre, c’est le mot d’ordre de ce mandat, et sans doute même la raison profonde qui a poussé le chef de l’État à entrer en politique.

Son pari est que les Français veulent de la transgression.

La nomination de Darmanin en est une, particulièrement en ces temps de puritanisme offensif et de moraline injectée à haute dose.

Pour le président, si les résultats suivent, les électeurs suivront aussi.

Le profil du nouveau ministre, jeune, provincial du Nord, issu de la diversité, est aussi de nature à casser les codes.

Il y a, de ce point de vue, continuité avec la nomination de Christophe Castaner. Évidemment, le choix est risqué, le résultat, incertain. Mais il témoigne de la volonté qu’a Emmanuel Macron de fonctionner selon un étrange mélange de raisonnabilité consensuelle et de jeu de son avenir à quitte ou double.


J.-Y.Camus – Charlie Hebdo. 15/07/2020