Étiquettes

… vous qui dès le 15 du mois ne sachez comment trouver quelques aides pour manger, dormir, ou vous se vêtir …

… trouvez l’adresse ou se cachent ses retraités de la république et insistez pour qu’ils reversent la plus grande partie de leurs indemnités qui en réalité appartiennent à tous les redevables …

Et puisque ce sont les règles de la Ve constitution qui permet cette distribution, exigeons d’abord une constituante, puis la rédaction d’une VIe constitution afin de reformer tous ces privilèges dignes d’une monarchie se tournant à l’absolu. MC


Il a fallu la réponse, publiée au « Journal officiel », à une question écrite du sénateur centriste Michel Canévet pour que le contribuable découvre la facture, en 2019, des anciens présidents de la République.

Nicolas Sarkozy a coûté au Trésor public 866.000 euros, loyer et salaires du personnel de son bureau du VIII’ arrondissement de Paris compris. François Hollande, 250.000 euros pour des bureaux avec vue imprenable sur le jardin des Tuileries et 506.000 euros pour régler les émoluments de ses collaborateurs. Valéry Giscard d’Estaing, qui, à 94 ans, a fini par modérer ses besoins, n’a dépensé que 646.000 euros. Soit une baisse de 10 % par rapport à 2018.

Ces chiffres ne prennent pas en compte le coût des policiers affectés à la protection des ex ni les salaires des chauffeurs qui les véhiculent dans Paris et ailleurs. Ni, bien sûr, les 74.700 euros brut par an pour leur retraite d’ancien chef d’Etat, qui viennent s’ajouter à leurs nombreuses pensions d’ancien haut fonctionnaire (cas de Hollande et de VGE), d’ancien député (les trois), d’ancien élu local (les trois) ou d’ancien avocat (Sarkozy).

Toutes retraites qui peuvent se cumuler sans la moindre limitation, évidemment.


Article non signé paru dans Le Canard enchaîné du 15/07/2020