Étiquettes

Le loto lancé par Stéphane Bern n’a pas encore donné des résultats monumentaux.

Stéphane Bern ne marche pas sur les traces de n’importe qui. Avant lui, Louis XV avait eu l’idée d’une loterie pour « construire ce qui deviendra le Panthéon et l’Ecole militaire, entre autres ».

Bern reconnaît volontiers qu’en lançant un loto pour sauver le patrimoine il n’a fait qu’améliorer le principe : « Il fallait trouver de l’argent pour sauver des monuments qui ne sont pas classés ni inscrits aux Monuments historiques. J’ai emprunté l’idée au National Trust anglais, qui organise une loterie annuelle. Mais c’était aussi dans la tradition française. »

Géré par la Française des jeux, le premier tirage du Super Loto Mission Patrimoine a eu lieu en septembre 2018.

CACHE-MISÈRE.

Des jeux de grattage Illiko Mission Patrimoine, disponibles uniquement pendant les Journées du patrimoine, viennent compléter le dispositif.

La première édition a permis de récupérer 22 millions d’euros, auxquels il faut ajouter 21 millions de taxes reversées par l’Etat ainsi que 7 millions d’euros de mécénat d’entreprise, que la Fondation du patri­moine a pu lever grâce au battage médiatique.

Le reversement des taxes par l’Etat a été une source de tensions entre le médiatique patron de la Mission patrimoine et le gouvernement.

En décembre, Stéphane Bern a piqué une colère contre les députés LR-EM,

II a été entendu : les taxes sont compensées à l’euro près et reversées à la Fondation du patrimoine, à condition qu’elles financent… des monuments inscrits ou classés.

« On va trouver une solution pour la prochaine édition. Je suis obligé de fliquer l’Etat. Je les tiens à la culotte. Mais ça marche aussi parce que mon côté médiatique les dérange, assure l’animateur.

Cinquante millions d’euros levés par la Fondation, alors que le budget du ministère de la Culture pour le patrimoine est de 326 millions, c’est loin d’être négligeable. Surtout que nous sauvons des monuments qui ne reçoivent pas d’aide de l’Etat. »

Le loto du patrimoine, un cache-misère pour masquer le désengagement de la puissance publique ? « Le gouvernement annonce un budget en hausse pour le patrimoine, explique Bern. Mais, en fait, il y a davantage de crédits gelés. »

Qu’importe la malice de Bercy. En 2019, 269 projets ont été sélectionnés par la Fondation. « Nous avons déjà sauvé 150 monuments en deux ans et demi », se réjouit l’animateur télé.


Hors-série du Canard enchaîné consacré à : « L’envers des jeux ».