Étiquettes

Citations du nouveau locataire du ministère …

S’évader quand on s’estime innocent, c’est la moindre des choses ! », « Le FN n’est pas un parti républicain, il faut l’interdire !» Parmi les bruyantes déclarations du nouveau garde des Sceaux, Eric Dupond-Moretti, on peut en découvrir d’autres, à l’adresse de celles et ceux qui forment désormais ses troupes : « Les juges sont devenus les gardiens autoproclamés du temple de la morale publique » (12/12/19). Dans un livre publié en 2018, il écrivait déjà : « Lorsque, à 25 ans, on est propulsé comme apte à juger ses contemporains, on est forcément dans l’arrogance et la certitude. »

Le mois dernier, lorsqu’il est informé que les procureurs du Parquet national financier ont espionné des avocats, dont lui-même, il s’emporte contre des manières « barbouzardes », d’« une clique de juges (…) qui s’autorisent tout au nom de l’indépendance. On est chez les dingues ! ». Avant de se voir nommé ministre de la Justice, il a quand même retiré sa plainte contre X et les « dingues » du Parquet déposée le 30 juin.

Au nom de la robe

Une habileté qui ne suffira pas pour faire oublier à la procureure générale de Paris sa sortie contre ces hauts magistrats coupables d’avoir « lancé l’offensive pour qu’en cette période de coronavirus on puisse composer des cours d’assises sans jurés. Or, le jury populaire, c’est une bouffée d’oxygène dans le corporatisme des juges».

Et, de telles amabilités, il en a des palanquées.

Aussi Eric Dupond-Moretti ne devrait-il pas trop s’étonner de la joie mitigée (et c’est un euphémisme) des magistrats à l’annonce de sa nomination. « Une déclaration de guerre à la magistrature », a tempêté l’Union syndicale des magistrats.

Joints par « Le Canard », des juges parlent de « cataclysme » ou s’étouffent : « On est en PLS » (position latérale de sécurité), et « c’est la guerre »!

Les idées de ce farouche et colérique défenseur des libertés publiques et des droits de la défense sont connues : suppression de l’Ecole nationale de la magistrature, sessions de formation communes entre les magistrats et les avocats ou séparation entre le corps des juges et celui des procureurs, sans possibilité de passer d’une fonction à l’autre. Sans oublier l’instauration d’une « responsabilité des juges ».

Une chose est sûre, avec un pareil garde des Sceaux, on va bien rigoler ! Beaucoup plus que Macron, en tout cas…


Article non signé lu dans le Canard enchaîné. 08/07/2020