Étiquettes

Mais qui a passé commande si ce n’est l’État …

A la mi-juin, des procureurs de la section financière de Bobigny (Seine-Saint-Denis) observent un échafaudage dressé dans les couloirs de leur tribunal.

Commencée en février et interrompue par le confinement, la réfection de l’étanchéité des terrasses et des verrières a enfin repris ! Des fuites d’eau avaient abondamment arrosé les bureaux et les archives empilées un peu partout dans ce pauvre « Bob » (pour « Bobigny »), surnom du bâtiment fait de briques et de métal.

Intrigués, les magistrats remarquent que certains ouvriers ne portent pas de casque ; la sécurité du chantier leur semble assez laxiste. La suite, c’est la procureure, Fabienne Klein-Donati, qui la raconte au « Canard ».


« Déjà, vous mettez des casques ! exigent les parquetiers.

Et pour qui travaillez-vous ?

 — On travaille pour Monsieur Doudou !

— Et qui est Monsieur Doudou ? »

Les travailleurs restent cois.


De l’eau dans les dossiers

Ils ne savent pas quelle société les a embauchés (en fait, ils n’ont même pas signé de contrat de travail).

Aussitôt, le parquet avertit l’Inspection du travail, qui se pointe le lendemain. Surprise ! les trois ouvriers interrogés la veille se sont évaporés. Ne reste sur place qu’un homme, se disant le cousin d’un autre et le remplaçant « pour rendre service ».

Désignée après appel d’offres, la société Attec, explique Klein-Donati, peut « sous-traiter à d’autres entreprises, selon les besoins des échafaudages et des gravats à enlever ». A condition que les sous-traitants soient identifiés et déclarent leurs employés. « Il se peut qu’Attec n’ait pas été prévenu… » poursuit la proc.

Elle n’en trouve pas moins « très curieux » que les sociétés sous-traitantes, interrogées par ses substituts, aient toutes mentionné la même adresse à Paris, rue des Rigoles, où sont domiciliées des centaines d’entreprises…

Et elle fulmine : « On est bien placés, ici, pour savoir que le bâtiment est un énorme réservoir de personnes non déclarées ! On les ramasse en camionnette, et c’est au premier qui montera, pour rentrer ensuite dormir dans une pièce insalubre et surpeuplée ! »

Mais que fait la justice ?

En attendant que l’affaire soit tirée au clair, tout est bloqué.

Ce n’est pas au flambant et si coûteux tribunal de Paris qu’une chose pareille serait arrivée !

Et, si une nouvelle inondation se déclare, il faudra que « Bob » l’éponge…


Article signé des initiales : D. S. – Le Canard enchaîné. 08/07/2020