Étiquettes

Le chiffre était tenu secret depuis des mois, mais, le 10 juin [2020] …

… un rapport parlementaire l’a révélé : 18 gendarmes (d’active ou de réserve) sont surveillés au titre de leurs liens avec l’ultra-droite, et 9 d’entre eux sont fichés S, c’est-à-dire jugés susceptibles de recourir à l’action violente !

Comme l’a souligné « L’Essor de la gendarmerie nationale » (27/6), les pandores concernés par le même fichage pour islamisme sont, eux, au nombre de 16. Chez les policiers, à titre de comparaison, on compte 104 « radicalisés », mais « seulement » 3 membres de l’ultra-droite.

Pourquoi cette tendance facho chez les gendarmes ?

Questionné, en février [2020], à l’Assemblée, dans le cadre d’une commission d’enquête sur l’attaque à la Préfecture de police de Paris (3/10/19), un membre du Conseil de la fonction militaire de la gendarmerie a déclaré : « Dans nos rangs, les valeurs transmises — valeurs militaires, attachement à la nation — attirent des personnes potentiellement [tentées] par l’extrême droite. »

Serait-ce une explication, pour autant une consolation ?

Perdu au milieu de ces radicalisés, on trouve aussi un pandore estampillé à l’ultra-gauche ! Mais où commence la gauche, chez les gendarmes ?


Article signé des initiales C. L. – Le Canard enchaîné. 08/07/2020