Étiquettes

Prévoir des économies sur la santé au moment où le gouvernement a juré d’être généreux et promet de bourse délier. C’est l’exercice difficile auquel s’est livrée la Caisse nationale d’assurance-maladie (CNAM) ce jeudi, en dévoilant à son conseil son rapport annuel « charges et produits ».

[…]

Paradoxalement, les objectifs de « maîtrise médicalisée », qui portent en grande partie sur les soins de ville, devraient être plus faciles à réaliser en cette année d’épidémie, car les patients non-Covid ont renoncé à se faire soigner. [mais de là à s’en réjouir, a l’écrire, est une honte pour la journaliste]

La Commission des comptes de la Sécurité sociale s’attend à 5,4 milliards d’euros de remboursements en moins en 2020, soit 4 milliards économisés, après soustraction des aides d’urgence aux professionnels de santé.

  • L’hôpital épargné

Cela reste évidemment modeste par rapport aux 12 milliards de dépenses exceptionnelles engagées pour faire face à l’épidémie de coronavirus, en particulier à l’hôpital. Le plan d’action de l’Assurance-maladie pour 2021 épargne justement les établissements hospitaliers, à qui Emmanuel Macron a promis des revalorisations salariales massives et une hausse des investissements.

  • On ne promeut plus la réduction des séjours via le « virage ambulatoire », et on ne touche plus à la « liste en sus » des médicaments innovants à l’hôpital.
  • Les opérations de chirurgie bariatrique seront toutefois mises sous demande d’accord préalable, afin d’économiser 5 millions d’euros.
  • Sur les soins de ville, la pression baisse sur quasiment tous les postes budgétaires pour 2021.
  • Les économies sur le médicament et les dispositifs médicaux passent de 725 millions en 2020 à 462 millions, soit 43 % de l’effort total.
  • Les médecins vont par exemple être encouragés à prescrire plus souvent de la metformine en première intention dans les cas de diabète, plutôt que des molécules coûteuses réservées aux stades graves de la maladie.
  • De même, le Repatha ou le Praluent, deux médicaments innovants contre l’hyper-cholestérolémie, vont être soumis à demande d’accord préalable.

Le mécanisme d’intéressement des médecins de ville pour prescrire des bio-similaires, qui doit être mis en œuvre cet automne, permettra d’économiser 42 millions en 2021.

  • Seules les économies sur les dispositifs médicaux augmentent, à 100 millions d’euros au lieu de 80,
  • avec l’introduction de demandes d’accord préalable pour les « sièges coquilles »,
    • l’oxygénothérapie de long terme,
    • les prothèses mammaires externes.

La cible jamais atteinte de 100 millions d’euros d’économies sur les arrêts de travail est reconduite,

  • l’effort proposé sur les transports est à nouveau de 170 millions d’euros, grâce à la montée en charge des trajets partagés
  • l’optimisation des commandes via des plateformes centrales.

Reste au gouvernement à affiner et à compléter ces dispositions d’ici à la présentation du budget de la Sécurité sociale, en septembre 2020.


Solveig Godeluck. Les Echos. Titre original : « L’Assurance-maladie projette 1 milliard d’euros d’économies pour 2021 ». Source (extrait)