Le dromadaire mécontent

Un jour, il y avait un jeune dromadaire qui n’était pas content du tout.

La veille, il avait dit à ses amis : « Demain, je sors avec mon père et ma mère, nous allons entendre une conférence, voilà comme je suis, moi »

Et les autres avaient dit : « Oh, oh, il va entendre une conférence, c’est merveilleux », et lui n’avait pas dormi de la nuit tellement il était impatient et voilà qu’il n’était pas content parce que la conférence n’était pas du tout ce qu’il avait imaginé : il n’y avait pas de musique et il était déçu, il s’ennuyait beaucoup, il avait envie de pleurer.

Depuis une heure trois quarts un gros monsieur parlait. Devant le gros monsieur, il y avait un pot à eau et un verre à dents sans la brosse et de temps en temps, le monsieur versait de l’eau dans le verre, mais il ne se lavait jamais les dents et, visiblement irrité, il parlait d’autre chose, c’est-à-dire des dromadaires et des chameaux.

Le jeune dromadaire souffrait de la chaleur, et puis sa bosse le gênait beaucoup ; elle frottait contre le dossier du fauteuil; il était très mal assis, il remuait.

Alors sa mère lui disait : « Tiens-toi tranquille, laisse parler le monsieur », et elle lui pinçait la bosse. Le jeune dromadaire avait de plus en plus envie de pleurer, de s’en aller…

Toutes les cinq minutes, le conférencier répétait : « Il ne faut surtout pas confondre les dromadaires avec les chameaux, j’attire, mesdames, messieurs et chers dromadaires, votre attention sur ce fait : le chameau a deux bosses, mais le dromadaire n’en a qu’une ! »

Tous les gens de la salle disaient : « Oh, oh, très intéressant », et les chameaux, les dromadaires, les hommes, les femmes et les enfants prenaient des notes sur leur petit calepin.

Et puis le conférencier recommençait : « Ce qui différencie les deux animaux, c’est que le dromadaire n’a qu’une bosse, tandis que, chose étrange et utile à savoir, le chameau en a deux… »

A la fin, le jeune dromadaire en eut assez et se précipitant sur l’estrade, il mordit le conférencier

« Chameau! » dit le conférencier furieux.

Et tout le monde dans la salle criait : « Chameau, sale chameau, sale chameau! »

Pourtant c’était un dromadaire, et il était très propre.


Jacques Prévert (Histoires)

3 réflexions sur “Le dromadaire mécontent

  1. fanfan la rêveuse 28/06/2020 / 07:47

    Bonjour Michel,
    Merci pour cette histoire qui m’a fait rire 😉
    Voila que je découvre un Jacques Prévert comme je ne le connais pas.
    Très bon dimanche à vous !
    🙂

    • Libres jugements 28/06/2020 / 10:32

      Bonjour Françoise,
      Si cette historiette vous a fait rire, je vous rassure moi aussi, il est bon de se souvenir de quelques récits d’enfants conté d’une façon simple comme sait le faire Jacques Prévert.
      Vous qui tant aimez lire, je pense que vous serez d’accord avec moi dire que toute l’œuvre de ce poète écrivain fourmille de merveilles.
      Un bon dimanche que j’espère de repos pour vous et les vôtres.
      Amitiés
      Michel

      • fanfan la rêveuse 29/06/2020 / 07:51

        Mais oui Michel, il reste toujours un peu de l’enfant en nous. Faut seulement le cultiver toute sa vie 😉
        Hé oui, un monde merveilleux, un monde qui vous emmène dans la rêverie et qui enjolive la vie.
        Merci Michel, oui ce fut un dimanche de repos cette semaine 😉
        Belle journée 🙂

Laisser un commentaire