Étiquettes

Qui sera la prochaine ou le prochain, porteur de messages de la Macronie dans l’hémicycle de l’Assemblée nationale… les noms circulent…

Un nouveau nom a fleuri dans la course au poste de Premier ministre : celui de Florence Parly, la ministre des Armées. C’est le conseiller spécial de Macron, Philippe Grangeon, qui la pousse à Matignon. Elle a le double mérite d’être une femme et d’avoir un passé socialiste, notamment sous Lionel Jospin, alors qu’il était Premier ministre.

Les autres noms qui reviennent en boucle pour Matignon sont, côté droit, celui de Bruno Le Maire et, côté gauche, celui de Jean-Yves Le Drian.

Pour Le Maire, l’affaire semble entendue : Macron préfère le laisser à Bercy, au nom de la « stabilité ». Prudent, Le Maire a d’ailleurs répété qu’il n’était pas intéressé par Matignon. « C’est définitivement non », a-t-il lancé sur RTL le 9 juin.

Pour Jean-Yves Le Drian (le ministre de l’Europe et des Affaires étrangères), en revanche, Macron s’est montré plus ambigu. « Nous avons une grande complémentarité, a-t-il remarqué devant des proches. Il est vieux (sic), provincial. Il a été président de région et il a l’expérience de l’État. Mais ces avantages sont aussi des inconvénients. »

Si l’on comprend bien, il n’y aurait qu’un seul candidat parfait pour Matignon : un certain Macron…


Article non signé lu dans le Canard enchaîné du 17/06/2020