Éducation : l’embrouille

Quelle bande de pantins, un jour comme ci, un jour comme ça, reste que dans une classe de 30 élèves habituellement vous ne devez en recevoir que 15 ou 20 selon les directives sanitaires, vous faites quoi des 10-15 autres.

Certes la situation des profs était moins grave pendant le confinement que le personnel des services médicaux, mais de là à les agonir, à penser qu’ils sont des fainéants, qu’ils profitent de la situation pour revendiquer, alors qu’ils ont toujours travaillés pendant le confinement pour trouver des solutions, afin de ne pas laisser les élèves sans un minimum de cours et soutien moraux.

Constatons quand même que depuis l’arrivée de ce ministre, l’accumulation de diverses directives contradictoires … nous pourrions même penser que cela est réalisé à dessein pour déstabiliser l’enseignement public au profit de l’enseignement privé (beaucoup plus sélectif ne serait-ce qu’au niveau des participations financières qu’il induit) mais dont les salaires des enseignants ne sont plus a la charge de l’état … MC

Dessin d’Aurel. Le Canard Enchainé – 17/06/2020

6 réflexions sur “Éducation : l’embrouille

  1. barbarasoleil 18/06/2020 / 21:07

    J’adhère, je compatis … et je subis …
    Chez nous pour palier le problème et dans l’urgence on nous demande de faire cours dehors à partir de lundi.. . et à tour de rôle …

    • Libres jugements 18/06/2020 / 22:34

      Proprement scandaleux n’hésitons pas a dénoncé toujours et encore …

  2. Matatoune 18/06/2020 / 22:24

    C’est une manière de management : il faut se réinventer, à dit le président.
    Est ce qu’on se souvient du « il faut traverser la rue car du travail il y en a » sous entendu, si tu n’en trouve pas c’est que tu es nul puisqu’il y a du travail.
    Idem, ici sauf que cet été doit sortir une nouvelle organisation de l’éducation.
    Alors, il faut casser le service public en permettant à l’économie privée d’entrer dans ce service public d’éducation tout en appauvrissant les ressources (deux fois moins de postes au concours donc recours à des contractuels non formés) et en rendant fou ceux qui sont dans la place (ordre et contre ordre et même protocole aberrant).
    Je ne suis malheureusement pas parano mais lorsque on comprendra il sera trop tard !
    Je suis très en colère 😭

    • Libres jugements 18/06/2020 / 22:33

      bonjour et merci pour cette confirmation concernant la destruction du service public de l’éducation petit à petit au profit d’une école privée avec tout ce que cela comporte comme inconvénient à tous les niveaux.

  3. jjbey 18/06/2020 / 23:34

    En faisant travailler les élèves soit le matin soit l’après-midi par groupe de 15 ont résout le problème des locaux mais il faut deux profs au lieu d’un…..

  4. tatchou92 19/06/2020 / 22:13

    Les Hussards de la République doivent se retourner dans leurs tombeaux… J’avais, sans doute naïvement, cru comprendre, que l’Ecole, laïque, gratuite et obligatoire, constituait un des fondements de notre République et de notre Démocratie, au même titre que l’Hôpital Public, et tous les Services Publics, dont celui de la Justice. Si je me souviens avec beaucoup d’émotion, voire de nostalgie de 1968, de la fraternité et solidarité d’alors, je ne suis pas certaine que tous nos Héros et Héroïnes, tous nos Enseignants,tous les malades, toutes les familles des malheureuses victimes et tous les Confinés du Covid 19, en garderont le même souvenir à raconter à leurs enfants.

Laisser un commentaire