Une réflexion sur “Fastes

  1. Pat 17/06/2020 / 16:59

    Rigolo celui-là avec toujours un air de dérision chez Prévert, un charme innocent mais quelle recherche !

Laisser un commentaire