Étiquettes

Une catastrophe doublée d’une autre catastrophe, …

… vient de conclure la commission d’enquête du Sénat présidée par le centriste Hervé Maurey. Le 26 septembre, non seulement près de 10.000 tonnes de produits chimiques se sont mis à flamber, formant d’immenses nuages toxiques qui sont allés se balader jusqu’en Belgique, mais l’Etat a été incapable de faire face à la situation.

Un système d’alerte archaïque, les sirènes, qu’on n’entend pas ou dont on ne comprend pas la signification. Les maires des alentours qui ont dû attendre pas moins de quatorze heures avant d’être officiellement informés et de pouvoir prendre des mesures adéquates. Un défilé de ministres (Blanquer, Borne, Buzyn, Castaner, Philippe) cherchant à « rassurer à tout prix », sans trop se soucier de la vérité. L’annonce précipitée, par le préfet et la ministre de l’Ecologie, d’« une absence de toxicité aiguë ». La levée prématurée, dès le 11 octobre, de l’interdiction de la vente de lait par le ministère de l’Agriculture. Et ce n’est pas tout.

Le je-m’en-foutisme général concernant les retombées sanitaires.

Ainsi, Santé publique France a benoîtement avoué avoir « perdu des échantillons »de prélèvements au sol et, mieux, reconnaît que nombre de ceux qui n’ont pas été perdus sont inexploitables. Et « l’enquête de santé commencera à peine en septembre, un an après l’incendie », c’est dire à quel point l’Etat se sent concerné.

Bref, du grand n’importe quoi plus qu’inquiétant, sachant que la France compte 1 200 sites Seveso et que leur suivi a des allures joyeusement soviétiques. Non seulement les contrôles sont rarement suivis de sanctions, mais le taux de classements sans suite pour les infractions environnementales est très élevé : l’« indulgence des pouvoirs publics vis-à-vis des industries »est patente.

Et ce ne sont pas les déclarations bidon d’Elisabeth Borne, annonçant un doublement des contrôles d’ici à 2022, qui ont rassuré les sénateurs. « Il faut arrêter de raconter des sottises, dit Hervé Maurey. Depuis quinze ans, le nombre de contrôles des sites industriels a pratiquement été divisé par deux »Ouest France », 5/6).

Pas grave : aujourd’hui, la France est prête pour la prochaine catastrophe Seveso. On a plein de masques !


Article signé des initiales  J.-L. P. – Le Canard enchaîné. 10/06/2020