Étiquettes

,

Pendant que l’État accorde de mirobolantes subventions à certaines entreprises pour qu’elles subsistent, …

… ces dernières poursuivent délocalisation et licenciements d’un bon nombre de leur personnel. Les salariés remerciés seront confrontés à une double sanction : celle de retrouver un travail dans une France désindustrialisée, des indemnités de chômage réduit, créant ainsi le risque d’une paupérisation ouvrière, à l’image de ce qui se passe en Allemagne. MC

Très attendus du monde économique, les nouveaux habits du chômage partiel post-confinement devraient faire l’objet d’annonces par Emmanuel Macron aux partenaires sociaux lors de leur prochaine rencontre, peut-être le 19 juin prochain.

[…]

Ce qui se dessine ?

Une nouvelle diminution de la générosité de l’Etat vis-à-vis des entreprises, mais aussi […] des salariés, un peu à la mode de ce qui se fait en Allemagne. Il n’est d’ailleurs pas anodin que l’une des 50 diapositives présentées mardi lors de la réunion entre Muriel Pénicaud et les numéros un des syndicats et du patronat sur l’emploi ait esquissé une comparaison franco-allemande.

« Le modèle du Kurzarbeitgelda fait ses preuves. On peut s’en inspirer », confirme-t-on de source proche du dossier.

Compte tenu des conséquences de la crise du Covid-19, le gouvernement a lâché les vannes sur l’activité partielle (nom légal du chômage partiel) pour limiter au maximum les licenciements. A partir du 1er mars, l’Etat remboursait à 100 % aux employeurs l’allocation qu’ils versent à leurs salariés, à savoir 70 % de leur brut (84 % du net, 100 % au SMIC). Et ce jusqu’à 4,5 fois le SMIC et pour quasiment tous les types de contrats de travail. Soit très au-delà de ce qui se fait outre-Rhin.

[…]

Revers de la médaille, 13,3 millions de salariés (en comptant les parents obligés de garder leurs enfants) ont été placés sous cette couverture. La facture s’annonce très lourde pour l’Etat et l’Unédic: près de 31 milliards d’euros, dernière estimation en date.

Avec la reprise, cette « nationalisation » des salaires comme l’a décrite Emmanuel Macron n’est plus tenable, d’autant qu’elle freinerait désormais la reprise. Tout l’enjeu pour le gouvernement est d’organiser une transition en douceur pour éviter que le chômage n’explose.

Il a déjà commencé à le faire puisque depuis le 1er juin les employeurs ne sont plus remboursés à 100 % mais à 85 %. Pas de changement en revanche pour les salariés. Cela pourrait ne pas durer.

[…]

 Qu’en sera-t-il de la version longue durée du dispositif de chômage partiel à destination des entreprises durablement affectée par la crise ?

[…]


Alain Ruello. Les Echos. Titre original : « Chômage partiel : vers un nouveau serrage de vis de l’État ». Source (extrait)


Dessin de Mougey – Le Canard Enchainé – 10/06/2020