Étiquettes

Ce combat sur le ring médiatique monté de toutes pièces entre : à ma droite Éric Zemmour, à ma gauche Virginie Despentes, est autant inutile que dangereux.

Un combat poussant à diviser une nouvelle fois la population après cette entente durant la pandémie. Alors posons-nous la question : qui tirera une nouvelle fois intérêt de cette manœuvre, si ce n’est le libéralisme. MC


Quand ça devient trop compliqué, heureusement, en France, il nous reste les intellectuels. Les questions du racisme, des violences policières méritaient bien que l’intelligentsia française nous guide dans cette obscurité.

  • Virginie Despentes nous informe que depuis vingt-cinq ans elle n’a été photographiée qu’une seule fois par une femme d’origine algérienne. Les Tunisiennes et les Marocaines ont dû passer leur tour. Et qu’elle n’a été interviewée qu’une seule fois par un journaliste noir (1).
  • De son côté, Éric Zemmour nous explique qu’aux États-Unis les Noirs sont davantage tués par des Noirs que par des Blancs (2).
  • Despentes nous rappelle qu’en France les Noirs et les Arabes sont surreprésentés dans les prisons. Et Zemmour d’ajouter qu’aux États-Unis 40 % des Noirs sont en prison.
  • Despentes affirme que les Blanches faisaient du jogging et leur marché dans le 7e arrondissement pendant que des mères de famille de banlieue se faisaient taser pour être sorties en plein confinement sans le bon formulaire.
  • Zemmour martèle que les policiers français sont régulièrement victimes de guets-apens.
  • Despentes signale que la mortalité causée par le Covid-19 est 60 fois supérieure en Seine-Saint-Denis.
  • Zemmour précise que les Blancs aux États-Unis ont deux fois plus de risque que les Noirs de mourir dans une fusillade.
  • Despentes témoigne que la dernière fois qu’on Lui a demandé ses papiers, elle était avec un Arabe
  • Zemmour accuse Assa Traoré de vouloir importer la guerre raciale en France pour montrer que la France est un pays raciste.

Voilà avec quels éléments d’information fiables, sûrs et incontestables il faut se forger une opinion sur la question du racisme en France et aux États-Unis.

Il fut une époque où les débats d’idées se faisaient entre des types comme Jean-Paul Sartre et Raymond Aron. Qu’on fût d’accord ou pas avec eux, on avait quand même l’impression, en les entendant, d’être ailleurs qu’au comptoir du bistrot du coin à écouter des poivrots étaler leurs conneries.

À force d’entendre Zemmour nous répéter que « c’était mieux avant », on va finir par le croire. Les débats avaient un peu plus de tenue avant son arrivée dans les médias, où il nous déverse régulièrement sa bouillie pour les chats. Et quand ce n’est pas Zemmour qui nous sort ses théories fumeuses, c’est Despentes qu’on doit écouter débiter les siennes. Virginie Zemmour et Éric Despentes. Les deux font la paire.

 […]

Au bar des pochtrons, où les lieux communs se débitent aussi vite que les verres de bière, Éric Despentes tient la caisse et Virginie Zemmour sert les clients en salle. […]


Article signé Riss. Charlie hebdo. 10/06/2020


  1. Tribune lue sur France Inter (3 juin 2020).
  2. valeursactuelles.com (1e1 juin2020).