Étiquettes

Si c’était le cas ce n’est pas nous qui nous en plaindrions …

La crise du Covid-19 a enterré la réforme Macron des retraites.

Socialement, rouvrir avant 2022 les plaies d’un sujet de cette ampleur serait dangereux, alors que l’urgence est de contenir l’explosion du chômage et de combattre une crise économique sans précédent.

Politiquement, le président a également intérêt à mettre sous le tapis son projet qui, après deux ans de concertation, a été adopté en première lecture à l’Assemblée grâce au 49-3. Et cela en raison notamment de promesses qui se sont révélées fausses : que l’âge de départ à la retraite ne bougerait pas et qu’un euro cotisé donnerait les mêmes droits pour tous. [Quid de l’acceptation en 49.3 de cette première lecture, servira-t-elle de base pour poursuivre la réforme ??? ]

Économiquement, […] avec l’explosion du chômage [envisagée] et la chute des rentrées de cotisation, les déficits vont s’envoler et le besoin de financement du système, […] va exploser. Sans compter qu’avec l’effondrement attendu du PIB, le poids des retraites [est plus important que jamais] en s’élevant à 18 % de la richesse nationale sur les trois mois, au lieu de 13,8 % avant la crise…

|…] … Il faudra très probablement attendre le prochain quinquennat pour qu’une réforme des retraites soit de nouveau proposée. Avec moult précautions, cette fois.

[…]

Reste que les enjeux, pour les Français, auront changé dans le monde d’après et nul ne sait ce que l’opinion, à l’issue de cette crise […] sera prête à accepter. Ou pas. […]


Marie-Cécile. Renault. Le Figaro. Titre original : « Pourquoi la réforme Macron ne survivra pas à la crise… ». Source (extrait)