Illusions ou vrais ententes ?

Inutile de se faire un film, il s’agit uniquement dans un premier temps de porter une réflexion à la population. Le but en suivant étant de permettre d’élaborer un programme électoral viable permettant d’instaurer un système de société égalitaire en tous points. MC

C’est une coalition inédite qui s’est dessinée derrière le plan de sortie de crise que présentent vingt organisations, ce mardi 26 mai. […]

Un pacte qui « prétend » proposer une reconversion de l’économie tout en préservant les emplois. [NDLR les guillemets autour de « prétend » ont été ajouté par l’administrateur car le journaleux « du monde » ne fait pas mystère de son peu d’inquiétude a voir se mettre en place une telle coalition suivant la « ligne éditrice » du « monde » fidèle en cela au directives du gouvernement. MC]


L’entente s’est opérée à bas bruit pour mieux dépasser les réticences internes.

[Au matin du] 5 décembre 2019, […] Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT, […] à Montreuil (Seine-Saint-Denis), accueillait le patron de Greenpeace, Jean François Julliard, et la coprésidente d’Attac, Aurélie Trouvé, pour discuter d’initiatives communes […].

Quelques semaines plus tard, mi-janvier, les dirigeants de quatre syndicats (la CGT, FSU, Confédération paysanne, et Solidaires) et quatre associations (Greenpeace, Oxfam, les Amis de la Terre et Attac) signent un appel commun dans Le Journal du dimanche « Pour la justice sociale et le climat ». « Ce rapprochement est né dans la foulée des “gilets jaunes” et du mouvement pour le climat, avec l’idée que chacun ne peut pas rester dans son couloir, explique Julien Rivoire, d’Attac. Puis, la crise sanitaire a accentué le besoin de dépasser les divergences. »

A la fin du mois de mars [2020], les organisations publient un texte commun titré « Plus jamais ça » qui appelle à apporter « une réponse démocratique, sociale et écologique à la crise ». « Un pas important » Alors que l’épidémie bat son plein, les associations et les syndicats travaillent à une plate-forme commune […]. [Même s’ils] veillent à leur indépendance, les organisations veulent que leurs propositions irriguent le débat du « monde d’après ».

Les initiateurs ont donc convié, mercredi 20 mai [2020], toutes les organisations de gauche et écologiste à une réunion en visioconférence.

Petit miracle en cette période d’éclatement de la gauche, elles ont toutes répondu présent, représentées par leur numéro un.

  • Parti Socialiste (PS),
  • Europe Écologie Les Verts (EELV),
  • La France insoumise (LFI),
  • Parti Communiste Français (PCF),
  • Génération.s,
  • Place publique,
  • Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA)…

Au total onze mouvements, qui composent la diversité de ce côté de l’échiquier politique.

[…] La quasi-totalité des partis s’est engagée à signer une déclaration commune s’engageant à poursuivre la démarche pourtant […]

Seuls le NPA et LFI n’ont pas signé. […]


Nabil Wakim. Le Monde. Titre original : « De la CGT à Greenpeace, une alliance inédite entre syndicats et mouvements écologistes ». Source (extrait)


4 réflexions sur “Illusions ou vrais ententes ?

  1. aseanweaverforbusiness 28/05/2020 / 09:25

    Merci de me suivre et d’aimer les articles que je sélectionne

    • Libres jugements 28/05/2020 / 15:23

      Bonjour à vous,
      J’ai pour principe lorsque je m’abonne à un blog de lire les articles qui y sont postés.
      Cela me semble être le respect minimum lié à un abonnement.
      Certes quelquefois cela n’est pas facile de lire la totalité lorsque le blog comporte plus de 700 abonnés (comme c’est le cas à « libres jugements ») et entraîne à la lecture quelquefois à des heures indues.
      Dans tous les cas merci.
      Cordialement
      Michel

  2. jjbey 28/05/2020 / 11:40

    Un pacte à soumettre au peuple … et déjà aux adhérents de ces organisations …

    • Libres jugements 28/05/2020 / 15:16

      Bonjour,
      Dans les période pré-pré-électoraliste, fleurissent bon nombre de vœux plus ou moins pieux , plus ou moins cachant des intentions plus personnelles.
      À chaque fois dans ces périodes j’aimerais qu’on se rappelle à la fois la genèse du CNR et ceux qui l’ont conçu. À la base seule une volonté de changer la société d’avant était dans le contenu de ce texte avenir. Ceux qui l’ont écrit n’avaient pas tous les mêmes pensées ou attaches politiques. Pourtant ce texte « les jours heureux » à pendant plusieurs années satisfaits la population.

      Je m’étonne aujourd’hui que nous ne soyons pas capables de faire une démarche équivalente, en cause la préservation de pré carré chez les uns et les autres. Tant que ce mur ne sera pas aboli il n’y aura pas possibilité de changer la société ultralibérale actuelle.
      Bien évidemment ce n’est qu’un avis.
      Amitiés
      Michel

Les commentaires sont fermés.