Étiquettes

Derrière ces mots un concept ultralibéral.

Think Tanks pour ceux qui ne connaîtraient pas est un principe simple : étouffer la pensée, rogner la diversité, pour créer un « consensus » médiatique et politique. Ces organisations qui ont pour nom : « Institut Montaigne, Terra Nova, Fondapol, l’Institut de l’Entreprise, l’Institut Sapiens, et nous pourrions ajouter bon nombre de « cellules » d’obédiences maçonniques, ou des unités « de penseurs intellectuels » instigateurs d’orientations de partis politiques ». MC


Think Tanks – 1 – L’institut Montaigne

Créé en 2000 par Claude Bébéar, ancien patron d’Axa, l’Institut Montaigne, association à but non lucratif, affirme sa vocation : « [élaborer] des propositions concrètes au service de l’efficacité de l’action publique, du renforcement de la cohésion sociale, de l’amélioration de la compétitivité et de l’assainissement des finances publiques de la France ».

Pourtant, la promiscuité entre Laurent Bigorgne, l’actuel directeur de « Montaigne», et les politiques est un secret de Polichinelle.

Ce discret agrégé d’histoire, « spécialiste des questions d’éducation », inspirera directement le volet éducation du candidat Macron à la présidentielle. Pressenti pour occuper le ministère rue de Grenelle, il cédera la place à Jean-Michel Blanquer. Pas si grave. Et puis Blanquer n’est-il pas un proche de l’Institut Montaigne, siégeant au comité directeur de son satellite Agir pour l’école?

En juin 2018, Bigorgne sera aussi nommé membre du Comité action publique 2022 (CAP 22), installé par le Premier ministre pour concevoir « le projet de réforme de l’État ». Rien que ça.

Parmi les membres de l’institut, citons Nicolas Baverez (avocat d’affaires), Philippe Wahl (PDG de La Poste), Olivier Duhamel (prof à Sciences Po), qui squattent à tour de rôle les plateaux télé, soit en tant qu’expert consultant, soit en tant que responsables économiques.

Cette belle structure emploie une vingtaine de permanents et est financée par 160 entreprises, dont Total, Carrefour, Orano (ex-Areva)…

Une superbe association de bienfaiteurs.


N. Devanda – Charlie Hebdo – 20/05/2020


Think Tanks – 2 – Terra Nova

Terra Nova fait partie des rares think tanks à pouvoir s’enorgueillir d’avoir changé les choses.

Vous vous rappelez de François Hollande? Et de Benoît Hamon? Faites un effort. Eh bien, tous deux ont été désignés par des primaires.

L’idée venait, dès 2008, de Terra Nova.

Attention, rien que de la très belle plume : l’énarque-HEC-direction du Trésor Olivier Ferrand, fondateur de Terra Nova; le constitutionnaliste Olivier Duhamel, prof à Sciences Po (Le même que celui de l’Institut Montaigne, oui); Lac Blondiaux, universitaire spécialiste de la démocratie directe; Aurélie Filippetti, alors députée PS; etc.

Pour eux, les primaires étaient parfaites, car au lieu de laisser le choix de la candidate ou du candidat « entre les mains de l’appareil et de ses cadres », c’est la base qui décide, dans un « besoin contemporain de personnification de la politique ».

En vérité, obsédés par les États-Unis, nos experts voulaient surtout recentrer les candidats au centre droit, à l’image de ce qui s’est encore produit cette année avec Joe Biden, et de ce qui a exactement eu lieu avec Hollande. Sauf que sa politique très peu de gauche a ensuite fait émerger Benoît Hamon…

Échec pour les idées de progrès social dans les deux cas.

Mais pas de quoi catastropher les modernes de Terra Nova, qui, dans une note retentissante, expliquaient que la gauche devait abandonner les ouvriers et les employés, électeurs définitivement perdus, pour construire une « majorité culturelle » (« Gauche : quelle majorité électorale pour 2012? »).

En « oubliant » que les classes populaires représentent la moitié de la population.

Enfin, pas à l’ENA, pas à Sciences Po, ni à HEC.


J. Littauer – Charlie Hebdo – 20/05/2020