Dégradé volontairement ou non, les services Internet et téléphonie d’Orange sont tout autant visées que ses concurrents.

Il devient de plus en plus difficile de bénéficier d’un service pourtant payant, d’Internet ou de téléphonie tant la course au moins-disant oblige les fournisseurs à réduire les coûts de réparations d’entretiens ou négligents les multiplications de points de diffusion. En ruralité il existe toujours des zones blanches ou des difficultés dans certaines zones sous-équipées notamment les endroits où les estivants sont nombreux. MC

Malveillance et dégradations affectent de plus en plus les réseaux de télécoms.

La police voit « l’utragauche » partout, mais maladroits, rongeurs et… concurrents peuvent aussi sévir.

Orange, qui a porté plainte, n’est pas bavard : mais qui donc peut en vouloir à ses câbles de fibre optique ?

Le 5 mai [2020], à Ivry et à Vitry, des plaques d’égout ont été soulevées et des câbles sectionnés. Un travail de pro qui exige de bien connaître le réseau, histoire d’intervenir au bon endroit, de causer le plus de dommages et de faire perdre le maximum de temps aux réparateurs.

Résultat ? Des dizaines de milliers de particuliers (mais aussi des services publics et des entreprises privés d’Internet et de téléphone).

La brigade criminelle est sur les dents.

La tentation est grande, chez les poulets, de voir derrière ce sabotage la main de l’« ultragauche » (sic), qui chercherait ainsi à mettre à bas le télétravail (nouvel horizon du capitalisme) et la surveillance numérique, son bras armé. Dès le 16 avril, le Service central du renseignement territorial (ex-RG) avait pondu une note titrée : « Ultragauche : les appels à l’action directe suivis d’effets ».

Fibre contestataire

La note citait la dégradation d’une antenne-relais de télécommunications à Mandres-en-Barrois (Meuse), où «résident plusieurs opposants au projet de centre d’enfouissement de déchets nucléaires de Bure, pour certains, membres de l’ultragauche ». Elle mentionnait aussi « une armoire de rue » fracturée, le 11 avril [2020], à Nu-court (Val-d’Oise). La fibre optique s’y trouvant avait été sectionnée.

Mais l’ultragauche a parfois des absences. Pour le même événement à Leffrinckoucke (Nord), le 3 avril [2020], l’hypothèse d’« une mauvaise manipulation par un opérateur » est envisagée. La fibre optique cisaillée a Wissous (Essonne), le 9 avril, relève, elle, d’« une tentative de vol de câbles ». Et la dégradation de 1,5 km de fibre optique au Havre (Seine-Maritime) « se réduit en fait à un vol ». Des sites radicaux, tels Attaque ou Sans attendre demain, rendent compte avec appétit de ces incidents mais se gardent (et pour cause) de les revendiquer…

La réalité est complexe, car le sabotage politique côtoie le vandalisme et les vols. Etaient-ils ultragauchos, ces deux couples de gilets jaunes des Alpes de-Haute-Provence mis en examen, le 25 avril, après une série de déprédations sur les réseaux de téléphone en 2018 et en 2019 ? Ou radicalisés, ces rats amateurs d’amidon qui ont rongé des câbles de fibre optique à la mairie de Poitiers, le 10 avril ? 11 y a aussi des techniciens maladroits, d’autres malhonnêtes, et des complotistes qui pensent que le Covid-19 peut être lié au déploiement de la 5G.

Habitants à câbler

Sans oublier les concurrents frustrés. Des professionnels du secteur », raconte « LePoint » (7/5), affirment voir ainsi dans les sabotages d’Ivry et de Vitry la « main de sous-traitants privés de marché et de travail ». Cette pratique existe depuis des années : des cables d’immeubles coupés par des opérateurs désireux de proposer leurs services.

Thierry B. en a été victime, fin avril, avenue Junot, à Paris. Une équipe de trois techniciens lui a expliqué qu’elle venait poser la fibre pour le compte d’un groupe connu. Faute de brancher, elle a tranché, et la copropriété s’est retrouvée privée de sa liaison Internet Orange. « Nous avons déjà dû de nombreuses fois intervenir pour réparer la malveillance de nos concurrents », ont expliqué les techniciens d’Orange.

Invité par « Le Canard » à préciser le nombre de cas concernés, l’opérateur a coupé sa ligne…


Jean-Michel Thenard. Le Canard Enchaîné. 13/05/2020