Étiquettes

Les élections municipales ne sont pas encore terminées.

En attendant le second tour ou le renvoi de l’intégralité du scrutin à des jours meilleurs, certains candidats s’en donnent à coeur joie. Ils continuent de mener campagne, sur fond d’épidémie, forts des deniers publics. De quoi filer des boutons à la Commission nationale des comptes de campagne. Petit tour des malins.

Les 8 et 9 mai, une centaine d’employés municipaux étaient au turbin au Parc des expositions de Pau. Mission : ouvrir les paquets de masques en pro­venance de Chine, enlever l’étiquette écrite en mandarin et la remplacer par un mot doux signé… François Bayrou, avec la mention « Tricoté en Béarn ! ». Le maire sortant (45,8 % au premier tour) appelle ses électeurs à « des solidarités nouvelles » et les remercie « très chaleureusement » de leur « civisme », « engagement » et « amitiés ».

« Il ne faut pas être naïf, concède Emmanuel Grégoire, le premier adjoint à la Mairie de Paris. Tout politique essaie de valoriser son action. » Grégoire l’a quand même eu mauvaise lorsqu’il a vu Valérie Pécresse, la présidente de la région Ile-de-France, pratiquer une préférence partisane dans sa très médiatique distribution de masques : 400.000 masques pour les arrondissements de Paris tenus par la droite, 25.000 pour ceux à gauche.

De son côté, Laurent Wauquiez s’est surpassé. Relativement discret sur la scène nationale, il en fait des tonnes dans la région Auvergne-Rhône-Alpes, qu’il préside. Il cale ses interventions sur les conférences de presse d’Edouard Philippe. Et, chaque dimanche (après la messe), il répond en direct à des internautes. Comme de juste, il a aussi fait distribuer des masques, tous estampillés de sa signature.

Las ! alors que, le 16 avril, l’ancien patron des Républicains (LR) se targuait d’être plus efficace que l’Etat dans sa « politique de masques », force est de constater qu’il a parlé un peu vite. Il promettait de distribuer 9 millions de masques (un par habitant de sa région) : il n’en fournira finalement que… 2 millions ! Les 7 millions manquants sont tombés dans les cratères des volcans d’Auvergne ?

En tout cas, pour mettre les masques disponibles sous pli, il a recruté… Brice Hortefeux ! Lequel, en sa qualité de président de la fédération des Républicains du Puy-de-Dôme, a mobilisé, le 9 mai [2020], adhérents et sympathisants LR au conseil régional pour qu’ils donnent un coup de main aux troupes de Wauquiez. Afin de leur permettre de rejoindre ledit conseil, l’ex-ministre de l’Intérieur de Sarko leur a fourni une attestation, en leur demandant de cocher la case « déplacement pour motif familial impérieux, pour l’assistance aux personnes vulnérables ou la garde d’enfants ».

L’enfant, c’est Wauquiez ?


Article non signé lu dans le Canard enchaîné du 13/05/2020