Étiquettes

Pour un président qui parle de « concorde nationale » et rêve de chahuter à nouveau les frontières de la vie politique, l’opération émancipation d’une partie des siens fait désordre.

Mais …

[…]. À court terme, la création de ce groupe privera La République en marche de la majorité absolue et rendra le parti présidentiel dépendant de ses alliés du MoDem ou d’Agir. Or un allié est d’autant plus exigeant qu’il se sait indispensable.

Cette dissidence vient ensuite gripper le moteur de la reconstruction politique censée donner un nouvel élan au quinquennat.

  • Comment faire de « l’unité nationale » une condition du rebond quand la contestation s’exprime au sein même de la macronie?
  • Comment reprocher aux oppositions des arrière-pensées boutiquières quand la première manœuvre politicienne part du sein même de la majorité?
  • Comment prôner le « dépassement » des clivages avec un pivot de la refondation frappé de rétrécissement?
  • Emmanuel Macron a-t-il à redouter d’une poignée de déçus qui se mettent carrément hors LREM?

Les plus optimistes parlent de clarification voire de tête de pont pour faire revenir des électeurs de gauche perdus depuis 2017. On n’a pourtant jamais vu une opération qui a pour raison d’être de dénoncer un ancien mentor, rendre service à celui-ci. […]

La seule chance pour Macron [d’espérer briquer un second mandat] réside dans la division actuelle de ces gauches. Mais qu’en sera-t-il en 2022? […]


Guillaume Tabard. Le Figaro. Titre original : « À LR-EM, petites manœuvres, grandes conséquences ». Source (extrait).