Étiquettes

Vous êtes tous au courant, hein?

L’État ruiné par le coronavirus va tout de même refiler 7 milliards de nos euros à Air France, symbole étincelant de la crise écologique.

Air France, ce n’est pas seulement les gaz à effet de serre. C’est aussi un rapport à la réalité, à l’espace, au temps, à la vitesse. C’est encore 17.678 aéroports dans le monde et des centaines de millions de zozos qui croient voyager quand ils ne font que transporter leur portable et leur perche à selfies.

Mais reprenons nos gouttes.

Ce pauvre M. Le Maire, ministre de l’Économie, jure qu’Air France va devenir « la compagnie aérienne la plus vertueuse et la plus respectueuse de l’environnement de la planète ».

Que ceux qui croient l’aveugle volontaire et grand sot (1) se fassent connaître auprès de moi, on se verra après le confinement.

Qu’ajouter?

Presque rien. Élisabeth Borne, très convaincante ministre de l’Écologie, a précisé le 27 avril [2020] que les conditions d’octroi des 7 milliards seraient sévères. En particulier, il faudra qu’Air France utilise des biocarburants pour faire tourner ses « navions ».

Rappelons à la charmante linotte (euphémisme de bas étage) que le principe même des biocarburants est criminel. Pour la raison qu’on transforme des plantes alimentaires en carburant. Pas trop dur à comprendre, ô grande ministresse ?

Par ailleurs, bien sûr, la déforestation. Massive.

Que contiendront ces biocarburants? Tournons-nous vers l’excellente source Canopée (Sylvain, des bises), qui écrit entre autres : « L’utilisation croissante de biocarburants à base d’huile de palme et de soja, notamment dans le secteur de l’aviation, conduirait à la destruction de 7 millions d’hectares de forêts tropicales à l’horizon 2030 (2) ».

Pas de quoi affoler le storytelling (l’art de raconter des bobards) d’Air France. On peut ainsi lire sur son glorieux site corporate ceci : « C’est un voyage responsable et en toute confiance que la compagnie entend proposer à tous, aux générations actuelles, mais aussi futures (3) ».

Ah, cabotins.


Fabrice Nicolino. Charlie Hebdo. 06/05/2020


  1. Dans son programme de 1.000 pages en ligne (tinyurl. com/ybu32ug4), qu’il avait rédigé pour la primaire de la droite, Le Maire ne consacre aucune de ses 281 entrées au dérèglement climatique ou à la disparition de la biodiversité. Et ne parlons pas des pesticides.
  2. datapressepremium.com/rmdiff/2005515/ diff 2020856270420132447.pdf
  3. tinyurl.com/ycjvogag