8 mai 1945 – Ne pas oublier.

Pour tous les militaires des différents pays, pour tous les résistants à l’envahisseur, pour tous les civils disparus, honoreront leur mémoire.

Pas plus que la commémoration du 11 novembre 18, celle du 8 mai 45, doit être honorée par la présence d’un grand nombre de français au pied des monuments souvenirs.

Ne négligeons pas la commémoration de ce dernier conflit international qui, rappelons-nous, résulte de la montée des extrêmes droites fascisantes. MC


75 ans après la fin de la guerre en Europe, la France commémore ce 8 mai la capitulation sans condition de l’Allemagne nazie face aux armées alliées. L’acte de capitulation du Troisième Reich se déroule en deux étapes.

Le 7 mai 1945, à 2h41, le maréchal allemand Alfred Jodl signe à Reims la reddition sans condition de l’armée allemande. Staline exigeant que la capitulation allemande se fasse à Berlin, au cœur du Troisième Reich, une nouvelle signature a lieu le 8 mai dans la ville occupée par les Soviétiques en présence de représentants de l’URSS, de la Grande-Bretagne, de la France et des États-Unis.

Les représentants du haut commandement allemand, emmenés par le maréchal Wilhelm Keitel, signent le document qui entre en vigueur à 23h01, heure locale, soit le 9 mai à 1h01, heure de Moscou. La reddition a donc lieu le 9 mai pour les Russes qui la commémore à cette date, au contraire des pays occidentaux.

Le 8 mai devient jour férié en France en 1953 et s’impose comme la date symbolique de la Seconde Guerre mondiale au même titre que le 11 novembre pour la Grande Guerre.

En 1975, le président de la République, Valéry Giscard d’Estaing, supprime la commémoration de la victoire alliée ce jour-là dans une volonté de réconciliation franco-allemande.

C’est finalement par la loi du 23 septembre 1981 que le 8 mai est rétabli comme journée de commémoration nationale à caractère férié.


Source officielle ministère des armées


6 réflexions sur “8 mai 1945 – Ne pas oublier.

  1. tatchou92 08/05/2020 / 14:23

    Merci Michel,
    C’était important de signaler la parenthèse instaurée par VGE, (qu’il aurait certainement voulue pérenne) en supprimant le caractère férié du 8 mai, marquant la victoire des forces alliées sur le nazisme. Si pendant cette période, nous étions tenus de travailler ou de poser un jour de congé, nous avons, pour ce qui nous concerne, continué à participer aux commémorations locales, aux côtés des Élus, des survivants de la déportation, des anciens combattants, des prisonniers de guerre, de leurs enfants, en souvenir de nos pères mobilisés, de la souffrance de nos familles obligées de fuir en mai 1940 et de la difficile et longue reconstruction qui a suivi.
    Aujourd’hui, des voix s’élèvent pour supprimer un jour férié de mai, il conviendra d’être particulièrement vigilants… sachant que le lundi de Pentecôte, fête religieuse, a perdu son caractère férié, suite à la canicule désastreuse de 2003, une contribution sur les cotisations salariales ayant été instituée au profit des Personnes âgées, en perte d’autonomie.

    • jjbey 08/05/2020 / 23:57

      Ce que l’on voudrait nous faire oublier c’est la victoire des peuples contre le nazisme, commode système pour le capitalisme dont le patronat français s’accommodait en claironnant : »mieux vaut Hitler que le front populaire ».
      C’est la victoire sur une épouvantable doctrine de supériorité aryenne qui envoya au massacre plus de six millions de personnes au seul motif qu’elles étaient juives …

  2. Jeanne Glaude 08/05/2020 / 14:36

    Je ne peux oublier cette Date , elle est aussi celle de mon anniversaire en 45 j’vais 13 ans. j’ai vécu la guerre. bonne journée à toi et à moi

    • Libres jugements 08/05/2020 / 15:08

      Bonjour Jeanne merci pour ton commentaire … je te dois le respect.
      En juin 45 je venais d’avoir 5 ans mais des flash subsistent Notamment le défilé des chars venant d’Orly se erndant dans Paris sur la déviation de la Nl 7 – l’avenue de Stalingrad de Villejuif entre des rangés de personnes chantant, criant, porteurs de drapeaux.
      Comme tous les gosses à cette époque, surtout parce que j’étais aussi dans une ville de la banlieue parisienne rouge absolue, le respect des combattants, le respect des maquisards, le respect de tous ceux qui se sont levés contre le fascisme, le respect de tous les victimes du nazisme (la Shoah) a marqué à tout jamais mon éducation.
      Aussi le devoir de mémoire même si nos enfants ne le respectent plus (tout au moins de la même façon) est une chose primordiale

      Bonne journée à toi jeune
      Cordialement
      Michel

  3. Libres jugements 08/05/2020 / 15:18

    Oh que oui Danielle, soyons bien vigilant.
    D’autant que cette période est propice en se cachant derrière « la protection sanitaire » « le confinement » etc. de pousser les gens à travailler de plus en plus pour « REDRESSER LE PAYS QUI EN A BIEN BESOIN SI NOUS NE VOULONS PAS PAYER LA DETTE PENDANT DES DECENNIES » …
    Depuis le temps que le MEDEF serine qu’il y a trop de jours fériés en mai, cette honte disent-ils, tous ces salariés employés qui prennent des viaducs de congés, faut que ça cesse nom de Dieu …
    Amitiés
    Michel

  4. jjbey 08/05/2020 / 23:57

    pas moyen

Laisser un commentaire