Étiquettes

Ah, les pôôôôôvres actionnaires, vous rendez-compte mon brave môôôsieur, tant de pertes.

Que vont devenir nos (chères – voire la définition dans onéreuses à l’achat – mais qui comme certains films, sont rediffusées tant de fois et revendues a d’autres chaines). Toutes ces séries américaines diffusées par nos télés abêtissantes porteuses de pub’s encore plus débiles de les séries diffusées mais qui rapportent plein de fric et permettent les dividendes … MC


TF1, la chaîne qui court après le « temps de cerveau disponible » des téléspectateurs pour vendre de la réclame, est au supplice. Après trois semaines de confinement, son PDG, Gilles Pélisson, gémissait déjà (« Le Figaro », 5/4) : « Nous nous attendons à une chute d’au moins 50 % [du chiffre d’affaires publicitaire] pour le mois d’avril. » En réalité, tous les pros du secteur le murmurent : la dégringolade atteint 70 %…

Fabricants de bagnoles, vendeurs de parfums, fournisseurs de maquillage… les annonceurs se sont fait la malle les uns après les autres. D’où ce paradoxe à rendre dingos les fils de pub : alors que le temps passé par les Français devant la téloche a augmenté d’une bonne heure par jour, les achats d’espace, eux, ont chuté de 30 à 35 %, soit l’équivalent… d’une bonne heure de télé par jour !

Dans le même temps, les tarifs exigés par les chaînes ont souvent fondu de moitié. Ceux qui en profitent sont les gros annonceurs du secteur alimentaire : avec ses douceurs bourrées d’huile de palme, Ferrero reste le premier acheteur d’écrans. Les groupes de luxe ou de cosmétiques, tel L’Oréal, manquent, en revanche, à l’appel. Mais ils compensent, à l’instar de LVMH, par de belles opérations caritatives, comme la distribution de gel hydroalcoolique.

Touche à mon spot !

A la fin de l’année, les télés estiment que la chute de leur chiffre d’affaires 2020 se situera entre 20 et 25 %. Autant de financements en moins pour la production audiovisuelle, le Centre national du cinéma et les sociétés d’auteurs. Histoire de ne pas perdre davantage d’argent en achetant des programmes remplaçant la pub envolée, les télés n’ont trouvé qu’une astuce : diffuser de plus en plus de spots d’institutions ou d’associations engagées dans la lutte contre le coronavirus.

On se console comme on peut…


Article signé des initiales C. N. – Le Canard enchaîné. 29/04/2020