Dangereuse ou inutile application « StopCovid ».

Notre avis (qui ne regarde que nous … quoique) : Même si l’application est autorisée à titre d’engagement personnel, rien, personne, est capable de dire qu’aucun affichage quel qu’il soit ne soit pas intégré au logiciel incorporé dans le smartphone. Ainsi la liberté de chacun peut être mise en cause à jour l’autre… qui peut le prévoir, qui le sait aujourd’hui. MC

C’est l’un des outils sur lequel le gouvernement mise afin d’éviter une deuxième vague épidémique dans la crise du Covid-19, une fois le déconfinement lancé, à partir du 11 mai.

L’application pour smartphone StopCovid, en cours de développement sous l’égide de l’Institut National de Recherche en scIences et technologies du numérique (Inria), doit permettre de repérer et d’alerter des personnes ayant été en contact avec une personne diagnostiquée positive au coronavirus.

Etre prêt pour le 11 mai est un « défi », selon les propres termes du secrétaire d’Etat au numérique Cédric O, tant le déploiement de ce système sur lequel planche un consortium d’une dizaine d’entreprises privées (CapGemini, Dassault Systèmes, Orange…) est semé d’embûches techniques.

Le StopCovid soulève des questions éthiques.

Certains verrous techniques ont tout de même sauté. Comme celui empêchant le Bluetooth, le système sans fil utilisé pour détecter un autre utilisateur à proximité, de calculer les distances. « Afin de calibrer le système, il ne reste plus aux épidémiologistes qu’à évaluer la meilleure distance de détection et le temps de contact minimum », confie-t-on au cabinet de Cédric O.

Un gros point noir demeure toutefois et pourrait, s’il n’est pas réglé rapidement, compromettre l’efficacité de l’application.

Apple refuse de voir le Bluetooth activé en permanence sur ses iPhone afin de ne pas dégrader les capacités des batteries. Si le géant californien ne change pas de doctrine, l’application n’aura qu’une utilité très limitée sur les smartphones de la marque, soit près de 20 % des appareils en France.

Le système se heurte aussi aux réticences de la Commission nationale de l’informatique et des libertés (Cnil), voire à une franche hostilité.

Le gouvernement a beau assurer que l’utilisation de StopCovid sera « volontaire, anonyme, transparente et temporaire », les critiques pleuvent. « Le fait de télécharger StopCovid sur son téléphone signifierait qu’on serait volontaire pour l’utiliser. Mais est-ce un consentement libre et éclairé ? » s’inquiète également Malik Salemkour, président de la Ligue des droits de l’Homme. Et de poursuivre : « La pression sociale et patronale, la stigmatisation des réfractaires, peut-être aussi parce qu’on n’aura pas accès à tel ou tel service si on n’a pas l’application, risquent d’obliger un grand nombre d’entre nous à l’installer. »

Plusieurs flops à l’étranger

« Qui dit application de traçage dit accès à des données pour savoir si la personne est réellement contaminée, et, surtout, qui décrète qu’elle l’est ? Une autorité médicale ? La personne elle-même ? Chacun sur son téléphone ? », s’interroge de son côté Fred Raynal, PDG et fondateur de Quarkslab, entreprise spécialisée dans la recherche en sécurité.

L’adhésion, ou non, des citoyens fait également partie des questions qui restent en suspens et les expériences déjà menées à l’étranger ne sont pas encourageantes.

L’application TraceTogether, lancée le 20 mars à Singapour, n’a convaincu que 20 % des citoyens du pays. L’échec est encore plus flagrant en Autriche, où seuls 2 à 3 % des personnes ont adhéré à l’application lancée par la Croix-Rouge autrichienne


Aymeric Renou. Le Parisien. Titre original : « Déconfinement : le projet d’application «StopCovid sous le feu des critiques ». Source (extrait)


7 réflexions sur “Dangereuse ou inutile application « StopCovid ».

  1. bernarddominik 28/04/2020 / 13:29

    L’utilisation du bluetooth rend le logiciel faiblement fiable. La sensibilité du bluetooth est très variable suivant les smartphones, certains exigent une acceptation de connexion, et les smartphones des personnes contagieuses seront ils à jour de cette information ? Pas sûr. Celà suppose une discipline mais aussi des tests pour savoir qui est contagieux. Il faudrait que la CNIL ait le droit et les moyens de vérifier que ce logiciel ne reporte pas les informations collectées sur une base de données centrale.

  2. marie 28/04/2020 / 13:37

    Bonjour, pour moi, je ne comprends pas le raisonnement, mais je suis « ignare », sauf que je ne sais pas moi-même si je suis atteinte …
    Alors ? non vraiment je ne comprends pas
    De plus chez nous, nous sommes encore en zone blanche, j’ai un smartphone mais pas mon mari, il ne me sert (le smartphone pas le mari) que dans mes déplacements.
    Bon après-midi
    Amicalement
    MTH

    • Libres jugements 28/04/2020 / 15:39

      Bien Marie, bravo, je note ton humour autour de l’utilisation de ton Smartphone (pas ton mari) … j’espère que ce dernier en a rit …
      Stop, Je me moque… et c’est pas bien.
      1) Sur l’application elle-même et telle que sont connues les défaut. Tu as parfaitement raison, il faudrait que tu acceptes dans un premier temps de passer le test encore faut-il en trouver un. ensuite il faut volontairement indiquer sur son smartphone que l’on n’est pas, ou que l’on est, porteur de ce virus afin que le renseignement puisse circuler autour de toi. (dans mon coin d’Ardèche,la seule endroit où nous pouvons en avoir un est de se rendre aux urgences – si c’est pour ça c’est pas malheureux d’embêter les gens de ce service qui ont bien évidemment d’autres choses à faire que de faire passer le test d’autant que celui-ci n’est pas traité en Ardèche mais à 150 km dans la Drôme à Valence seul laboratoires habilités pour les 2 départements Drôme Ardèche – petit détail mais qui assoit sa signification en ruralité.
      2) bien évidemment l’indication dans un sens est valable dans l’autre sens à savoir que les gens que tu croises s’ils n’ont pas renseigné leur smartphone, rien n’indique alors si les gens que tu croises peuvent affecter ou que tu puisses les infecter.
      3) restes 2 questions évidentes … qui contrôlera, comment sont-seront effectués ces contrôles et en supposant qu’un des passants infectés déclare qu’il l’a été par telle ou telle personne croisée à tel endroit … comment s’effectuera et par qui la validation de cette affirmation… Affirmation qui mènera à quoi … Une énième délation avec quoi … un risque de poursuites pénales ou fiscales ?? Y aura-t-il présence d’un médecin pour déterminer ou non la véracité de l’infection … D’autre part aucun membre de la société de médecine est capable actuellement d’affirmer que les différents tests sont absolument fiables, confirmant d’être sain ou infecté. enfin reste le problème de la géolocalisation, est-on sur que ces données ne sont pas exploitées à des fins commerciales ou autres …
      Voilà Marie j’ai tenté de répondre à tes questionnements, ce que je dis n’a de valeur bien évidemment qu’au regard de ce que l’on sait à l’heure actuelleMaroc aux pages des informations et un peu de logique cartésienne.
      En te souhaitant un bon après-midi
      Amitiés
      Michel

  3. Farida Hakim 28/04/2020 / 16:33

    Moi aussi j’ai quelque doute sur l’efficacité de l’application en question, mais pourquoi pas essayer?

    • Libres jugements 28/04/2020 / 16:38

      Bonjour Farida je ne sais pas où vous habitez si c’est en ville ou à la campagne.
      En ville l’on peut éventuellement considérer l’utilité d’un tel dispositif avec toutes les restrictions que nous avons émises les uns les autres. Maintenant il faudra prouver l’efficacité d’un tel dispositif aux regards d’autant de désagréments et méfiances.
      En tout cas merci pour ce commentaire bonne journée à vous.
      Cordialement.
      Michel

  4. Sigmund Van Roll 28/04/2020 / 17:17

    Ben les jeux sont faits . Le gouvernement a fait passer en force le projet Après Covid 19 cet après-midi.

  5. fanfan la rêveuse 28/04/2020 / 19:26

    Pas de bluetooth activé sur mon portable, ni le gps et rarement les données mobiles.

    Si l’on est infecté, cela va de la responsabilité de chacun de ne pas sortir.
    Et puis nous savons bien qui nous avons croisé 😉

    Personnellement je ne vois pas l’utilité d’un tel logiciel, sans moi !!

Répondre à bernarddominik Annuler la réponse.