Étiquettes

Le courrier était resté secret.

Daté du 3 avril et adressé à Élisabeth Borne, ministre de la Transition écologique (avec copie à Matignon), il réclame un permis de polluer durant la crise.

« Le Medef, écrit son patron, Geoffroy Roux de Bézieux, demande un moratoire sur la préparation de nouvelles dispositions énergétiques et environnementales, notamment celles élaborées en application de la loi du 10 février [2020],  relative à la lutte contre le gaspillage et à l’économie circulaire. »

Dans son viseur, la « programmation pluriannuelle de l’énergie » et la « stratégie nationale bas carbone », qui auraient « un impact très significatif sur les marchés et les acteurs de l’énergie et du climat.

Le Medef demande la mise en veilleuse des sanctions envisagées en cas de non-respect des normes de qualité de l’air, la filière auto étant déjà « impactée depuis plusieurs mois par la crise ».

En tout cas, pour Renault, dont les ventes ont plongé de 3,3 % l’an dernier (pire résultat depuis dix ans), la cata se nomme Millésime-19 plutôt que Covid-19.


Article signé des initiales A. G. – Le Canard enchaîné. 22/04/2020


Puisque le gouvernement consent toutes les largesses financières, facilitées de trésorerie, voir report d’échéances, pour faire redémarrer l’économie française, pourquoi le MEDEF qui a l’oreille de l’Elysée, ne tenterait pas de faire effacer quelques décrets et lois qui gênent dans la rentabilité pour les actionnaires ? MC