Étiquettes

Après autant de verbiage, la prolongation du confinement, bien évidemment selon que l’on soit pour une ouverture sociale ou pour la continuité d’une activité financière néolibérale, le discours d’Emmanuel Macron après un peu de réflexion s’apparente quand même à une campagne présidentielle qui se prépare dès aujourd’hui.

25 minutes pour expliquer que finalement tout était bien fait dans la mesure où nous ne savions pas ce qu’était une épidémie-pandémie sanitaire… autrement dit les leçons antérieures (Peste, Choléra, Diphtérie, Tuberculose, Grippe espagnole, Strass, H1BN1,Ebola, etc.) tant sanitaires que financières internationales comme nationales (1929, 1978,1987, 2008, 2015) ne doivent pas être enseignées dans les « grandes écoles » ou alors il y a incompréhension des cours ou volonté délibérée de les ignorer par nos ministre dirigeants… et reste le « moi je » du dirigeant de l’État.

25 minutes pour en réalité nous dirent qu’une chose « le confinement durera jusqu’au lundi 11 mai 2020 » c’est-à-dire après le week-end du 1er et du 8 mai qui s’annonçait d’ores et déjà des viaducs… en restaurons nous là après cette date, rien n’est moins certain d’autant qu’il reste dans le mois de mai 2 autre fêtes l’ascension (même si elle est de moins en moins respectée) et la Pentecôte du 31 mai 1er juin.

25 minutes pour nous dire que vous (nous ne travaillons) ne travaillez pas assez et que de toute façon pour relever l’économie il n’est pas question que vous soyez ni augmenter ni que vos heures supplémentaires soient payées et de toute façon votre extrême gratitude fera que vous abandonnerez RTT comme un certain nombre de jours de vacances pour le bien de la nation bien évidemment.

25 minutes pour nous apprendre que les entreprises mais surtout il entendait plus ou moins que les auto-entrepreneurs, artisans, PME, auraient des reports de charges, des facilités de paiement, des aides bancaires, en fait autant de promesses qui ne sont pas pour rassurer ces catégories d’entreprises, puisque de toute façon il faudra qu’ils remboursent à un moment donné.

25 minutes pour nous expliquer que les grandes entreprises ayant une production hors les commerces essentiels (constructeur de voitures, avions entre autres) vont avoir le droit de relancer leurs affaires certes avec quelques contraintes sanitaires, tout simplement pour qu’ils ne s’écroulent pas et offrant la possibilité d’être « mangés » par d’autres industriels internationaux

25 minutes aussi pour constater que les calamiteuses notions libérales de la capitalisation – fructification financière essentiellement destinée aux actionnaires des grandes entreprises à contribuer à la délocalisation d’entreprise pourtant nécessaire à la vie sociale et sanitaire et nous pensons en particulier à tout ce qui se passe autour des masques, gants, protections diverses comme également la fabrication des respirateurs artificiels.

25 minutes pour nous dire que les écoles rouvriront à partir du 11 mai mais que les examens n’auront pas lieu cette année pas plus que les nombreux festivals … Dont certains étaient la seule ressource financière de la ville ou du village.

25 minutes pour nous expliquer que tout a été fait au niveau de l’hospitalisation et ce en oubliant depuis pratiquement 20 ans la fermeture de nombre lit (obligeant les transports sanitaires inter régions, voire inter états) la désescalade des connaissances médicales, l’abandon de dotation à la recherche médicale, la présence des déserts sanitaires médicaux .

En réalité est sans être systématiquement critique, si l’on veut bien, juste voir la réalité en face, le coronavirus – Covid 19 n’est en rien combattu dans son parcours  malfaisant, il ne sera terminé que lorsqu’un vaccin apparaitra d’une part et d’autre part, nul ne sait ce qu’il adviendra demain de l’économie de la France.

Dans le même temps ceux qui doivent se faire le plus de soucis est évidemment comme d’habitude une grande partie du monde salarié, les handicapés, les précaires, les personnes âgées pour qui est concédée quelque miette dans les 25 minutes de fariboles macroniques.


MC


Bien évidemment il n’est interdit à personne d’avoir un autre avis, la somme des commentaires étayés, fera avancer la réflexion.