Ça pourrait encore évoluer … Mais … AJOUT AU 6/04/2020

… mais il semble bien que le principe en soit à peu près acté.

L’exécutif songe à reporter encore les municipales. Une telle décision impliquerait de rejouer le premier tour dans les communes où aucune liste ne l’a emporté et qui sait a refaire l’ensemble des élections municipales 1er et 2eme tour.

[…]

Selon nos informations, le président de la République a profité du huis clos du Conseil des ministres, mercredi après-midi (01/04/2020), pour ouvrir la voie à un report du scrutin à l’automne. Devant quelques membres du gouvernement, réunis en visioconférence, le chef de l’État a rebondi sur l’ordonnance que présentait Christophe Castaner, le ministre de l’Intérieur, pour évoquer l’hypothèse du mois d’octobre 2020.

[…]

Initialement, c’est le 21 juin prochain qui avait été retenu par l’exécutif. Cette date-là était toutefois suspendue à un rapport du Conseil scientifique attendu pour la mi-mai, qui devrait faire le point sur les projections sanitaires espérées à la fin du printemps. Et entériner ainsi (ou non) l’organisation des élections le jour du solstice d’été.

Conscient des résistances éventuelles qu’une telle décision pouvait susciter, le chef du gouvernement avait pour mission de répondre à toutes les questions et de déminer le terrain. « Personne n’a indiqué qu’il était hostile à un report », rapporte un participant, visiblement soulagé.

Au même moment, Emmanuel Macron conviait quant à lui les présidents du Sénat et de l’Assemblée nationale, Gérard Larcher et Richard Ferrand, pour un déjeuner à l’Élysée. Ensemble, le premier, le deuxième et le quatrième personnage de l’État sont convenus de mettre un terme aux divisions publiquement étalées début mars.

Puis ils ont discuté de tous les bouleversements institutionnels qu’engendrerait un report des municipales au mois d’octobre. Et ils sont nombreux.

Comme l’a relevé le Conseil d’État, « si la crise persiste » au point de « contraindre à prolonger les mesures d’urgence sanitaire » et de « rendre impossible l’organisation du deuxième tour avant l’été », alors « il appartiendra aux pouvoirs publics de reprendre l’ensemble des opérations électorales dans les communes où les conseils municipaux sont incomplets ».

Traduction

Il faudra très probablement réorganiser intégralement le scrutin municipal dans les quelque 4.000 communes où aucune liste ne l’a emporté dès le premier tour. La plupart des grandes villes sont concernées, à commencer par Paris, Lyon, ou encore Marseille. « Une telle décision ne sera pas sans conséquence, car les sénatoriales ne pourront pas se tenir si le corps électoral – les élus locaux – n’est pas élu avant l’été », prévient un membre du premier cercle d’Emmanuel Macron. En effet, le renouvellement de la moitié (178 sièges) de la Chambre haute devait initialement avoir lieu en septembre prochain


Arthur Berdah. Le Figaro. Titre original : « L’exécutif songe à reporter encore les municipales ». Source (extrait)


Merci à Danielle pour ces précisions, effectivement ayant une importance

Oui, c’est un casse tête constitutionnel…. pas besoin d’être devins pour prédire le raz de marée des abstentions : fallait être respectueux du suffrage universel pour oser aller voter.. 30.000 conseils élus sur la papier, mais non installés, les sortants aux manettes, heureusement souvent réélus.

Si le 2ème tour se tient après la période estivale, il faudra annuler l’ensemble des résultats.

Une campagne électorale coûte, les candidats empruntent, cotisent et font appel à leurs supporters pour financer leur matériel. La loi prévoit le remboursement partiel des frais engagés après passage devant la commission de contrôle.

Les supporters ou souscripteurs reçoivent un reçu du candidat permettant la déduction fiscale du don à hauteur de 66% et dans la limite de 7.500€. Les Elus du 1er tour et leurs rivaux battus bouclent leurs dossiers avec un expert comptable qui les transmet à la commission de contrôle.

Voila la question : en cas d’annulation du scrutin dans une commune qui a voté majoritairement pour une liste, le pouvoir politique autorisera-t-il le remboursement du 2ème tour, et acceptera-t-il que les supporters de toutes les listes déclarent 2 fois leurs dons, lors de la déclaration des impôts sur le revenu de 2020 ? Même si le plafond de 7500€ est dépassé ? Qui paiera ? qui profitera de l’aubaine ?

Merci D. R.


Il est vrai que le coût de toute campagne électorale, même dans les petites municipalités ont un coût. Il est bien évident qu’en multipliant ces couts, , ils défavorisent les candidats désargentés au profit de ceux qui possèdent sans regarder. MC

10 réflexions sur “Ça pourrait encore évoluer … Mais … AJOUT AU 6/04/2020

    • Libres jugements 05/04/2020 / 12:39

      Bonjour,
      Merci pour ce commentaire.
      S’indigner parfaitement d’accord… mais une fois qu’on aura dit cela, on veut quoi, pour demain.
      Très amicalement
      Michel

        • Libres jugements 05/04/2020 / 13:54

          Bien d’accord, je dirais même « non pas un peu plus », mais beaucoup plus de justice (d’équité) en fait c’est simple juste le respect de la devise de la France : liberté égalité fraternité.
          Cordialement
          Michel

      • Le Jardin Secrêt De Marguerite 05/04/2020 / 13:50

        un peu plus d’empathie et d’actes positifs pour les petits et moins de mépris et d’arrogance chez ceux qui dirigent.à mes yeux très mal le pays dsl si ça vous déplaît…

        • Libres jugements 05/04/2020 / 14:10

          Mais surtout ne soyez pas désolés, je ne suis absolument pas en désaccord avec ce que vous dîtes.
          En réalité ma question avait un prolongement … puisque nous sommes parfaitement d’accord sur le fait qu’il y a pas de respect pour une très grande majorité de la population par ce gouvernement, il reste à tout à chacun deux solutions.
          La première : faire une révolution, un coup d’état … malheureusement on sait par expérience historique la date à laquelle commence une telle manifestation, hélas jamais comment elle se finit et ses conséquences.
          La deuxième (et c’est celle que je sous-entendais en posant ma question « s’indigner et après ») est par la voie démocratique. Elle ne peut être considérée par conséquent qu’uniquement au travers des votes.
          Hélas, même si le coronavirus a écarté un certain nombre d’électeurs de se rendre aux urnes pour les municipales, il en reste pas moins vrai que près de la moitié des électeurs se sont abstenus d’afficher leur volonté de virer celles et ceux en place et celles et ceux qui se réclame de la Macronie.
          Pour le reste ne soyez absolument pas désolés, toutes les remarques et commentaires sont acceptés sur ce blog, de même que j’essaie dans la mesure du possible de trouver et rediffuser toutes les perceptions et analyses d’un événement venant de tous les partis politiques. C’est certainement ce qui fait aussi la fréquentation importante de ce blog.
          Pour ce faire un avis il n’est jamais bon d’avoir qu’une seule version des événements, d’un discours etc.
          Très amicalement
          Vous souhaitant une bonne journée de confinement
          Michel

  1. jjbey 05/04/2020 / 12:45

    Et si le premier tour n’avait jamais eu lieu?
    4000 communes orphelines et pas des moindres en attente de l’expression démocratique qui pourrait bien être un couperet pour Macron et sa clique

  2. bernarddominik 05/04/2020 / 13:40

    Les maires élus avec 50% d’abstention sont donc consolidés par la décision de valider le scrutin. C’est tout de même choquant. De toute façon il faut bien comprendre que ni Macron ni Philippe ne savent ce qu’est une démocratie, ce sont des hauts fonctionnaires certains qu’ils ont reçu un mandat du ciel pour gouverner la France

    • Libres jugements 05/04/2020 / 13:46

      Bonjour Bernard,
      Ce que tu dis est effectivement possible … tant que le conseil constitutionnel ne s’est pas prononcé fermement sur le cas d’école du 2e tour pas plus que n’est actuellement décider officiellement, le fait que les élus dès le premier tour, soit effectivement en charge des municipalités.
      Il y a là un vide juridique dans le code électorale.
      De quelle manière sera-t-il interprété, nulle aujourd’hui ne le sait … mais chacun le sait pertinemment aussi, que les décisions iront dans l’intérêt du gouvernement en place (cela a toujours été le cas, quel que soit le politique en place)
      Aucune illusion là-dessus.
      Amicalement
      Michel

Laisser un commentaire