Étiquettes

Aujourd’hui elle se venge …

 « Une honte. » Lorsqu’il dévoile ses ambitions de réforme audiovisuelle devant une commission de députés en décembre 2017, Emmanuel Macron n’a pas de mots assez durs pour qualifier cette chaîne publique coupée des jeunes, inadaptée aux usages numériques, qu’il entend mettre au régime sec.

Depuis le 23 mars 2020, c’est pourtant cette télévision vilipendée qui a bouleversé sa programmation pour ouvrir ses antennes aux cours à destination des élèves confinés. France 4, surtout, porte l’effort.

Ce n’est pas la moindre des ironies car la chaîne jeunesse de France Télévisions doit (économies obligent) être sacrifiée, ainsi que France Ô. Sa mort est déjà programmée : le 9 août 2020, elle disparaîtra de la TNT. [Deux entités remplacées illico par des chaines privées … bien évidemment. MC]

VITAL SERVICE PUBLIC !

Faudra-t-il un virus planétaire pour redécouvrir l’utilité des services publics dont on n’a cessé de compresser les budgets jusqu’à entraver leurs missions?

Que La Poste arrête même partiellement d’acheminer courrier et colis en ces temps de pandémie et notre condition de reclus s’alourdit. Subitement, ce qui fait lien entre les humains prend une nouvelle importance.

La crise, en menaçant des pans entiers de l’économie mondiale, nous amène à reconsidérer nos choix de société, à réaffirmer nos valeurs.

L’hôpital public révèle dans l’épreuve le sous-équipement et les manques sur lesquels le personnel soignant s’époumonait à alerter le gouvernement. Laminé par deux décennies de diktats de rentabilité, notre système hospitalier, que l’on croyait un des meilleurs au monde, ne se classe plus selon l’OCDE qu’au 19e rang par son nombre de lits en soins intensifs. Le président lui promet un «plan massif d’investissement». [Promesses, encore promesses, toujours … Mais demain … MC]


Valérie Hurier. Télérama. 01/04/2020