Psssittttt … L’anti vote municipale est de sortie

À 9 jours des prochaines élections municipales, la communication élyséenne relayée par tous les médias, …

…. cherche à inciter les électeurs de ne pas se rendre dans les isoloirs pour faire leur devoir. Les choix pour un édile, semble bien être beaucoup plus contestataire envers la politique gouvernementale que ne laisse entendre les élus de la majorité et ces traine-savates du MoDem centriste. MC

Florilège de la presse du 6 mars 2020

Municipales 2020 : vers une participation plus faible qu’en 2014 Isabelle Ficek. Les Echos du 06. (Extrait)

Mornes plaines à dix jours des élections municipales. Selon un sondage Elabe pour « Les Échos », Radio Classique et l’Institut Montaigne, seuls 62 % des Français envisagent d’aller voter lors du premier tour, un taux en baisse de 4 points par rapport à fin janvier. […]

Si cette tendance se confirme le soir du 15 mars, cela serait le plus bas taux de participation à un premier tour d’élections municipales de la Ve République. En 2014, il avait en effet été de 63,6 %. Campagne cannibalisée « Cette campagne ne mobilise pas beaucoup, constate Bernard Sananès, le président d’Elabe. Il est assez rare que l’intention d’aller voter ne progresse pas en s’approchant du scrutin. Là, c’est le cas ». souligne-t-il « Cette campagne est atypique. Il y a une cannibalisation de l’espace médiatique avec le coronavirus, même si cela est moins vrai dans la presse quotidienne régionale », relève-t-il.

Comme souvent, la participation s’annonce très différente selon les âges.

  • 25-34 ans, seule une personne sur deux prévoit d’aller voter
  • (32 %) chez les 18-24 ans.

Une mauvaise nouvelle pour les écologistes , dont les bataillons de sympathisants les plus importants sont chez les jeunes

  • Plus de 65 ans. Ils sont certes 75 % à envisager de voter, mais ce chiffre est en baisse de 7 points.

Municipales : ce virus qui peut atteindre le macronisme . . Cécile Cornudet. Les Échos du 06 mars 2020. (Extrait)

Avant même le stade 3, le coronavirus est en train d’écrire le scénario redouté. Le sujet, sur le terrain, éclipse tous les autres, rapportent les candidats. Les problématiques locales passent au second plan, et avec elles la possibilité pour des personnalités peu connues d’émerger. La tentation de rester chez soi le jour du vote progresse, relève Elabe, donnant un bonus aux équipes aguerries qui sauront recueillir des procurations dans les Ehpad.

Peu d’enjeux, de l’abstention… à qui profite le virus ?

Aux maires sortants, a priori, et par ricochet aux anciens partis encore ancrés sur le terrain. […]. Si tel était le cas, quelle lecture en serait faite ? … retour du vieux clivage ! Le macronisme ne fut qu’une parenthèse !


Coronavirus : 76% des Français pour le maintien des élections municipales . César Armand. La Tribune du 06 mars 2020 (Extrait)

Le coronavirus va-t-il faire succomber les élections municipales ? […]

Selon notre sondage OpinionWay pour UNCCAS-Public Sénat-La Tribune réalisé auprès de 1.047 personnes,

  • (76%) jugent « préférables » de maintenir le scrutin aux deux dates prévues,
  • 22% qui estiment qu’il vaut mieux « attendre la fin de l’épidémie » 
  • 2% qui ne se prononcent pas.

Les plus âgés semblent être les plus impatients de se rendre à l’isoloir (84%) quand les plus jeunes (18-24 ans) et les 35-49 ans manifestent un enthousiasme plus modéré (70% et 71%).


Macron paie le prix du recours au 49.3 dans l’opinion. Grégoire Poussielgue. Les Échos. (Extrait)

Macron paie le recours à l’article 49.3 de la Constitution pour faire passer la réforme des retraites à l’Assemblée nationale. Dans le baromètre Elabe pour « Les Échos » et Radio classique, la cote de confiance du président perd 2 points en mars, pour repasser […] à 29 %. En mars, le président perd du terrain dans tous les électorats.

Le plus inquiétant pour lui est la baisse chez les Français qui avaient voté pour lui au premier tour en 2017, chez qui il perd 6 points à 70 % de confiance. « Le recours au 49.3 n’est pas passé dans son électorat de 2017. Il faut ajouter à ça la gestion de la crise du coronavirus », explique Bernard Sananès, le président d’Elabe.

Autre élément significatif pour Emmanuel Macron, son recul à droite, qui atteint 10 points en deux mois. Sa base historique qui a permis son élection en 2017 et sa base récente, qui a voté pour lui aux élections européennes, donne des signes de faiblesse.

Deux Français sur trois ne lui font pas confiance, […] : 66 % en hausse de 3 points.