Propagation …

L’épidémie de coronavirus […] engendre une angoisse qui tourne à la panique. Elle appauvrit [l’économie en] ankylosant la production et les échanges. […]  Il est plus contagieux que la grippe mais bien moins que la rougeole et la gastro-entérite. […]

 Si l’épidémie nous a stupéfiés, elle ne devrait pas nous surprendre. Depuis longtemps déjà, les épidémiologistes tirent la sonnette d’alarme sur le risque d’un désastre causé par un virus hautement dangereux, se répandant à la vitesse des avions qui vont d’un bout à l’autre de la planète en moins d’une journée.

Le scénario figure dans toutes les listes de mégatendances. Il est évoqué chaque année au Forum de Davos, où il est toujours cité parmi les risques à très fort impact.

Ne nous faisons aucune illusion, au hasard des mutations génétiques un autre virus, plus dangereux, plus contagieux nous parviendra. Seule inconnue, le moment de l’apparition. C’est ici que nous devons saisir la chance du coronavirus.

Car malgré sa relative clémence, il révèle clairement nos lignes de faiblesse, donnant une formidable occasion aux décideurs de mieux préparer leurs organisations aux prochaines catastrophes, de revisiter la balance des risques.

[…]. Du côté des pouvoirs publics, le champ est  […] large.

  • Quand fermer les frontières et les écoles ?
  • Quand interdire toutes réunions : publiques, sportives, de spectacles, etc.
  • Comment répartir les moyens médicaux ?
  • Jusqu’où imposer des stocks, voire des productions locales ?
  • Que dire et ne pas dire ?
  • Quelles règles pour préserver la sécurité sanitaire et alimentaire,
  • Comment contenir la panique financière ?
  • Quels outils pour venir en aide  […] aux collectivités locales prises dans la tourmente ?

Il y a là de quoi faire turbiner les experts de France Stratégie pendant des décennies. Mais ne faut-il pas aller plus vite. Personne ne sait quand viendra le prochain virus.


Article rédigé d’après un Édito – Jean-Marc Vittori. Les Échos. Titre original : « saisir la chance écornera virus ». Source (extrait) https://www.lesechos.fr/idees-debats/editos-analyses/saisir-la-chance-du-coronavirus-1180914


L’avis qui suit n’engage que l’administrateur … Quoi que !

Il est hors de question de penser à un quelconque complot, que la Chine entre autres ait « voulu » l’expansion de ce virus, qu’il fut introduit à des fins politiques ou commerciale, ou même qu’il soit le résultat d’une faille dans la sécurité militaire concernant l’utilisation d’armes chimiques. Il n’est pas question de céder au catastrophisme.

Profitons en d’ailleurs, pour dénoncer le fait qu’il existe un certain nombre d’armes chimiques dans les arsenaux d’états et quoi que puisse sans défendre certains Pays, ils ont été expérimenté dans un des coins du globe. Certaines armes de ce type ont bien été larguées en Syrie, Iran, Afghanistan, Corée …

D’autre part, il n’est pas question de stigmatiser les migrants fuyant les zones de combat, se réfugiant dans divers pays et villes, obligés de vivre dans une insalubrité propice à l’expansion de maladie très grave par faute de lieux pour les accueillir. Il reste toutefois que le risque est important et qu’il n’est pas à négliger. À l’image de ce qui se passe aujourd’hui, aux informations contradictoires plus ou moins alarmistes, diffusées pour « un « simple » coronavirus », alors que la grippe hivernale tue chaque année plus de 8.000 personnes en France, il y a lieu de poser la question à ce gouvernement, que cache un tel battage ? MC