LFI : réaction au 49.3

Chacune, chacun, a le droit d’avoir un avis négatif ou positif, …. MC

Communiqué du groupe parlementaire de la France insoumise et du mouvement.

L’article 49 alinéa 3 de la Constitution permet à un gouvernement incertain de sa majorité de faire passer un texte sans vote de l’Assemblée.

Le recours au 49-3 après une commission spéciale avortée faute de temps et seulement treize jours de débat dans l’hémicycle est un usage détourné et abusif. Il vise à faire taire l’opposition sur une réforme rejetée par une majorité de Français et totalement contraire de surcroît au programme du candidat devenu Président.

Derrière les éléments de langage, cette réforme ne prévoit rien d’autre que la baisse du niveau des pensions et l’assurance pour les Français de devoir travailler toujours plus longtemps […].

Le procès en obstruction parlementaire fait à l’opposition ne tient pas la route : avec seulement 41 000 amendements de l’ensemble des groupes, nous étions bien loin des 137 449 amendements déposés, par exemple, lors du débat sur la privatisation de GDF.

Chacun des amendements du groupe de La France Insoumise, même lorsqu’il s’agissait d’amendements dits « de forme », était d’abord une occasion de prendre la parole sur le fond pour décrypter la réforme, questionner précisément le gouvernement et porter notre contre-projet.

Le débat avançait tellement bien qu’en treize jours, parmi beaucoup d’autres choses, nous avions notamment fait admettre au rapporteur que la réforme n’était pas universelle, relevé le fait que les agriculteurs ne toucheraient pas les 1 000 euros de pension minimum annoncés, révélé que l’indice d’indexation de la valeur du point n’existait pas et qu’une carrière complète ne pourrait s’obtenir qu’à la condition d’une intensification de la durée du travail…

Le débat parlementaire mettait le gouvernement en grande difficulté. Il a donc décidé d’y mettre fin avec la brutalité qui le caractérise.

Ce n’est pourtant que le début de la bataille pour le retrait de ce texte.

La réforme des retraites contient en effet deux lois et la navette parlementaire va avoir lieu. Le groupe parlementaire de la France insoumise a déposé une motion de censure et votera toutes celles qui seraient présentées.

La France insoumise appelle la majorité des Français opposée à cette réforme à entrer en résistance en participant à toutes les mobilisations pacifiques visant à en obtenir le retrait. Il s’agit maintenant de censurer le gouvernement à l’Assemblée, dans les urnes et dans la rue.


Source (lecture libre)


5 réflexions sur “LFI : réaction au 49.3

  1. bernarddominik 03/03/2020 / 18:17

    Le mode de combat choisi par la LFI est il Le bon? En tout cas le résultat est là, une loi bancale va être votée, et les 41000 amendements de la LFI passés à la trappe. Pour moi c’est une stratégie de potache. Cette loi en soi, sur son principe seul, aurait pu être une avancée sociale, puisqu’elle répartissait les avantages de quelques uns sur tous. Le problème c’est que son principe a été dévié par ce qu’il y a autour, à mon sens il aurait mieux valu se battre sur la modification de ses 65 articles par des amendements ciblés et indiscutables qui auraient mis en porte à faux le gouvernement comme « vous trouvez pénible de conduire un camion pendant 7 heures mais pas de sortir de l’argile d’une galerie sous terre dans la boue et l’humidité pendant 8 heures je vous propose monsieur Philippe d’y passer 2 jours pour vérifier ». Demander pourquoi le travail de bureau dans un commissariat est plus pénible que le même travail dans une entreprise ». Etc. Modifier les modalités d’attribution des points, de leur valorisation, des mini-maxi …

    • Libres jugements 03/03/2020 / 18:27

      Bonjour Bernard te dire que je suis en accord avec ton commentaire, serais inexact.
      je ne suis pas, loin de là, un défenseur de la France insoumise, sa stratégie en l’occurrence me dépasse.
      Il en reste pas moins vrai que ce projet est plein de trous, pleins d’aléas, de non-dits, d’incertitude sur l’avenir.
      C’est, à sa naissance, un projet mal ficelé et par conséquent il n’y a qu’une seule issue possible et qu’importent les manœuvres, il doit être retiré.
      Cordialement
      Michel

  2. jjbey 03/03/2020 / 23:09

    Et si personne n’avait proposé d’amendements on n’aurait pas passé l’information et la TV muette le bon peuple aurait pensé qu’il n’y avait pas de problème avec cette loi qui est néfaste…..

  3. fanfan la rêveuse 04/03/2020 / 07:55

    « Relevé le fait que les agriculteurs ne toucheraient pas les 1 000 euros de pension minimum annoncés »

    Voila bien un questionnement qui m’est venu. Je me suis dite, vous dites pour les agriculteurs 1000 euros minimum mais ceci est en brut ou net ? Je n’ai rien lu sur ce sujet !
    Sachant qu’en matière de retraite on parle toujours en brut, cela ne devrait alors effectivement rien changer pour les agriculteurs…c’est à dire entre 700 et 800 e par mois…

    Mais peut-être que mon analyse est erronée…

    Bonne journée Michel !

  4. tatchou92 04/03/2020 / 23:14

    Au moins nous sommes d’accord ! Ce scandaleux projet devait être retiré, et le Peuple appelé à se prononcer par voie de référendum, à condition que tous les éléments soient connus, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui. Il était provocateur d’étudier un document aussi complexe et dense dans un délai aussi court.. La stratégie de l’opposition en déposant les milliers d’amendements visait certes à repousser le texte, mais aussi à s’exprimer, à retrouver des droits malmenés sous cette législature.

Laisser un commentaire