Étiquettes

« On va ga-gner! On va ga-gner! » scandent les supporters parisiens d’En marche le 16 février 2020.

Deux jours après l’abandon de Benjamin Griveaux, […] C’est l’euphorie. [Avec le choix de A. Buzzin], la macronie ose à nouveau croire en ses chances de victoire dans la capitale.

[Sauf que ], «  Dix jours plus tard, la magie est déjà retombée », grince, amère, une petite main de sa campagne.

[…] Sur les marchés? « Les gens l’aiment bien, mais lui demandent aussi pourquoi elle s’est embarquée là-dedans. L’argument qui lui revient le plus, c’est qu’on ne s’improvise pas maire Paris en trois semaines », raconte un colistier.

Dans les médias? Son attaque d’Anne Hidalgo sur sa gestion du dossier Coronavirus, le 24 février sur Europe 1, est […] « Une connerie », admet un proche. […] … elle affirme « ne pas avoir eu de contacts » avec la maire de Paris quand elle était encore ministre. Réponse d’Hidalgo, le lendemain sur la même radio : « Je trouve ces propos tellement irresponsables que les bras m’en tombent presque », lâche-t-elle, en brandissant une lettre de Buzyn, alors ministre, la « remerciant vivement » pour sa mobilisation face au virus…

D’autres évoquent ses choix stratégiques, comme sa volonté de faire campagne sur les mêmes thèmes que Rachida Dati, « la propreté et la sécurité », « alors qu’elle devrait plutôt capitaliser sur son ADN naturel : la famille, l’enfance, le social, le bien-vivre à Paris, pour parler à la droite comme à la gauche », explique un stratège d’En Marche!

[…] Sa sortie hasardeuse sur la suppression des terrasses chauffées […] son incapacité à parvenir à un accord avec Cédric Villani, [un ensemble de choses qui passent mal] …


Olivier Beaumont et Pauline Théveniaud. Le Parisien. Titre original de l’article : « Municipales à Paris : chez Buzyn, de l’euphorie à la déception ». Source (Très court extrait)