USA – Un supermarché sans caisse

Comme l’Europe ne sait que copier les États-Unis, nous ne serons pas, hélas, étonné si cela nous arrive en France. Sauf qu’à faire travailler des robots, il faudra bien salarier des inactifs afin qu’ils achètent la production.

I.A. (Intelligence Artificielle) est en marche.

 « Amazon affirme de plus en plus ses ambitions dans le domaine des magasins physiques en ouvrant son premier supermarché », annonce The Verge. Deux ans après le lancement de son concept de supérettes sans caisses, Amazon Go se déploie cette fois avec un vrai supermarché, explique le site américain.

Le magasin, baptisé “Amazon Go Grocery”, a ouvert ses portes dans le quartier de Capitol Hill, à Seattle, le mardi 25 février. « Ce n’est pas une supérette Go en plus grand ; c’est un autre concept », insiste Dilip Kumar, vice-président chargé de la technologie d’Amazon Go. « Nous nous sommes inspirés des épiceries de quartier ». Contrairement aux supérettes d’Amazon, le nouveau magasin propose aussi des produits non emballés, comme des fruits et des légumes frais, du pain, ainsi que des boissons alcoolisées.

Ni caisses ni caissiers

Le principe, lui, reste le même : un magasin sans caisses, ni caissiers. Le client s’identifie grâce à une application aux bornes situées à l’entrée, puis des caméras aériennes dotées d’un système de vision numérique et de géolocalisation suivent ses mouvements et ceux des produits à travers le magasin. Quand il a fini, le client sort simplement sans passer en caisse et reçoit la facture sur son téléphone, explique The Verge.

La technologie utilisée dans les supérettes Go a néanmoins dû être améliorée pour pouvoir gérer des situations propres aux supermarchés. Par exemple, indique le site américain, le nouveau système doit permettre aux clients d’attraper un fruit, d’hésiter, puis de le reposer sans être débité pour cette manipulation. Par ailleurs, du personnel sera en poste pour vérifier les cartes d’identité des gens qui veulent acheter de l’alcool.

Si Amazon ne prévoit pas pour l’instant d’ouvrir d’autres supermarchés, l’expansion de ce modèle Go pourrait permettre au géant du e-commerce « de continuer à étendre sa présence sur le marché hors ligne ». Cette implantation dans le secteur hors ligne présente un grand enjeu pour l’entreprise, ajoute The Verge, puisque les Américains dépensent aujourd’hui près de 800 milliards de dollars par an en courses, dont seulement 2 % en ligne.


The Verge New York. Article lu dans le « « courrier international ». Titre original : «États-Unis. Amazon ouvre son premier vrai supermarché sans caisses à Seattle ». Source


Dans le même temps Walmart et ses magasins partout dans le monde, est sur le declin, de nombreux centres commerciaux géants aux États-Unis ferment leurs portes

Linda McKinney a les larmes aux yeux quand elle parle de la fermeture du Walmart de Kimball. Cet hypermarché était, de loin, le premier fournisseur de la banque alimentaire dont elle assure la gestion, et qui profite à 11 000 personnes, soit la moitié de la population du comté de McDowell (Virginie-Occidentale), dans le cœur charbonnier des Appalaches.

A la bonne centaine de chômeurs licenciés dernièrement par une compagnie minière vont s’ajouter les 140 employés de la grande surface.

Ce n’est là qu’une des 154 fermetures auxquelles Walmart, procède aux Etats-Unis pour faire face à une concurrence accrue, à une croissance quasi nulle du chiffre d’affaires de ses magasins et à la progression constante des courses sur Internet. Pour les détracteurs de l’enseigne, c’est un cruel retournement de l’histoire que de voir Walmart se retirer de zones rurales telles que le comté de McDowell, dont il a souvent tué les petits commerces.

En elles-mêmes, ces fermetures ne modifieront guère l’implantation de Walmart sur le territoire américain : elles représentent moins de 1 % de la surface totale de vente du distributeur, qui par ailleurs prévoit d’ouvrir des points de vente ailleurs. Mais la disparition du “supercentre” de Kimball est révélatrice de l’évolution du groupe – et de la consommation aux Etats-Unis en général.

Ce n’est qu’un des nombreux soubresauts dont est victime le numéro un mondial, en chiffre d’affaires, de la vente au détail, qui après avoir longtemps dicté les nouvelles tendances de la consommation se trouve aujourd’hui contraint de s’y adapter. Et elle témoigne de l’influence extraordinaire, en cinquante-quatre ans d’existence, qu’a exercée Walmart non seulement sur les habitudes de consommation aux Etats-Unis, mais aussi sur le tissu social de l’Amérique profonde.


Source


6 réflexions sur “USA – Un supermarché sans caisse

  1. Sigmund Van Roll 27/02/2020 / 00:13

    Rien qu’à voir d nos l’ensemble des agences bancaires chez nous , le contact humain n’est plus de rigueur . Ce sont uniquement des DAB ( Distribabanque automatique ) avec une seule personne à l’accueil qui n’est pas très au courant des suggestions à apporter si on est en détresse 😩. C’est quand même triste de constater que le contact humain est délaissé pour la pseudo collaboration des machines robots

  2. fanfan la rêveuse 27/02/2020 / 07:49

    Bonjour Michel,
    Nous y allons à grands pas :

    https://www.lefigaro.fr/conso/2018/10/04/20010-20181004ARTFIG00293–paris-casino-ouvre-son-premier-supermarche-sans-caisses.

    phpttp://www.leparisien.fr/economie/magasins-sans-salaries-plus-de-90-enseignes-le-proposent-deja-24-08-2019-8138634.php

    Ou l’art de mettre en place la rentabilité au maximum…

    Au bourg, à la banque, il n’y a plus personne à l’accueil, ce sont les conseillers qui maintenant vous renseignent.
    L’organisation est faite de façon qu’ils n’ont plus de rendez-vous le matin, à vous d’être libre en matinée pour retirer votre chéquier ou un simple petit renseignement…

    Bonne journée Michel !
    🙂

    • Libres jugements 27/02/2020 / 11:10

      Attention moquerie ….
      Mais ma brave dame , soyez heureuse vous avez encore un établissement ouvert pas trop loin de chez vous, et puis demain c’est vous de votre ordinateur qui allez gérer votre trésorerie… mais c’est la banque engrangera les bénéfices sur votre dos.

      Inquiétante cette façon de faire évoluer les mœurs, la finance resersée aux entreprises, transactions internationales et quelques privilégiés fortunés.
      N’y a-t-il pas volonté cachée d’amener une grande partie de la population salariée a considéré que l’argent n’est rien, n’a aucune valeur et souhaite sa disparition pour les transactions entre humains … revenir au temps du troc … Je te donne des heures de travail, tu me donnes un peu de quoi manger de ta production, le droit d’un toit temporaire …

      Serait-ce ça l’évolution ? L’asservissement complet de l’être humain, le retour à la servitude, la soumission au plus fort, au plus riche … mais non c’est déjà comme ça aujourd’hui , ouvrez les n’oeils

      Amitiés
      Michel

  3. jjbey 27/02/2020 / 09:38

    Le rêve du capitalisme: ne plus avoir de salariés………..
    Un peu con, non? Qui va acheter leur camelote?
    Moi je rêve de supprimer le capitalisme et d’avoir une société qui fait tout pour l’humain.
    J’ai le droit?

  4. Pat 27/02/2020 / 16:53

    Je suis d’accord avec jjbey. Au début on supprime les salariés puis on supprime les clients…C’est débile et …invendable à grande échelle.

  5. Pat 27/02/2020 / 16:55

    Finalement c’est comme le virus qui pour se développer… tue son hôte…

Laisser un commentaire