Étiquettes

À lire le titre paru dans le Figaro voilà une raison de croire à la politique… … Où, qu’est-ce qu’il y a derrière la devanture? Après les mots, la réalité.

… sauf que ce monsieur Fromentin, maire de Neuilly, l’édile d’un fief de fortunés, ne restera à son poste que s’il continue à servir la soupe de ses administrés possédants, que dans ses tirades de campagne municipales, il ne remet pas en cause un seul instant les raisons profondes du mal-être de la population française, ni que sa ville refuse depuis des décennies toutes constructions de type HLM préférant entre autre payer un taxe au fisc pour non observation des lois, qu’aucune association caritative n’a droit de s’implanter dans « ce charmant village tranquilles ». N’oublions pas de quelle ville il est le maire. Hors ses remarques, le texte ci-dessous bien « onctueux » dans la lignée d’une campagne ou il serait stupide de se faire alpaguer sottement par des propos pouvant porter à polémique alors que le chemin est largement ouvert devant sa réélection … pourrait tout aussi bien être porté par d’autres étiquettes politiques. Nous vous laissons apprécier. MC

« Ce qui réinspire les gens, c’est d’être heureux là où ils vivent », a fait valoir Jean-Christophe Fromantin au «Talk Le Figaro» lundi. À ce titre, il juge le scrutin des municipales «fondamental». Si LR-EM peine à s’intégrer dans le jeu démocratique local, à l’inverse, ces élections sont, juge-t-il, pour la droite l’opportunité de montrer l’intérêt qu’elle attache aux territoires.

Pour Fromantin, « à trop laisser d’importance aux partis et faire la politique depuis Paris pour toute la France, l’élu local était un peu passé en pertes et profits au profit des grandes stars nationales », dénonce-t-il. C’est l’occasion pour les partis traditionnels de se refaire une santé en surfant sur leur ancrage territorial, martèle-t-il. « Ce qui est sûr, souligne le fondateur de Territoires en mouvement, c’est qu’il y aura dans quelques mois une loi sur la décentralisation et que les municipales arrivent avant ».

C’est le moment, dit-il, pour les forces politiques d’avoir un discours sur « le rôle des territoires», la question centrale étant: «Est-ce qu’on fait des territoires et des municipales le point de départ d’un projet politique ou est-ce simplement une péripétie dans un cycle de campagne? ».

Jean-Christophe Fromantin dit avoir beaucoup de mal à se retrouver dans l’offre politique actuelle qui « n’est plus matinée, visitée, inspirée par un idéal et par un projet de société », regrette-t-il, la jugeant « réformatrice ».


Virginie. Le Trionnaire. Le Figaro. Titre idem à cet article. Source (Extrait)