Étiquettes

Ils avaient tous pendant leurs activités professionnelles souvent en délégation d’État, constitué des Carnet d’adresses qui leur ont permis de truster la retraite venue, des emplois dans le privé leur assurant des compléments financiers significatifs. MC

Passer du Quai d’Orsay au privé ? Pour les éminences du ministère des Affaires étrangères, la commission de déontologie chargée de réguler le « pantouflage » se montre particulièrement… diplomate. Normalement, un ancien représentant de la France en Bordurie moldo-valaque devenu businessman n’a pas le droit de commercer avec ce pays pendant trois ans après la fin de ses fonctions. Mais la commission ferme souvent les yeux. Surtout, comme le montrent les exemples qui suivent, lorsque l’intéressé porte à vie le titre (rare et prestigieux) d’ambassadeur de France.

Etats de services au service d’Etats

En quarante ans de carrière, Gérard Errera, 76 ans, a enchaîné les postes prestigieux : ambassadeur au Royaume-Uni, auprès de l’Otan à Bruxelles, secrétaire général du Quai d’Orsay. En 2009, quand il annonce qu’il prend la présidence de la filiale française du fonds géant d’investissement américain Blackstone, la commission de déontologie tamponne son visa.

Plus rare, Errera, ex-secrétaire général du Quai sous Bernard Kouchner, a accepté de siéger au comité consultatif de Huawei International. Autrement dit au service du gouvernement chinois… Voilà donc un lobbyiste supplémentaire pour le cador des télécoms, qui à tout prix tente d’imposer ses équipements 5G en France et au-delà en Europe.

Carnet d’adresses dans la valise diplomatique

Moins voyante mais très rentable, l’arrivée de Loïc Hennekinne, 79 ans, ex-ambassadeur à Rome, au sein du conseil d’administration de l’assureur italien Generali, révélée par Vincent Jauvert dans « La Face cachée du Quai d’Orsay ».

Naguère ambassadeur en Haïti, l’ancien coordonnateur du Renseignement Didier Le Bret, 56 ans, en pince quant à lui pour l’intelligence économique. Chez ESL & Network (qui compte parmi ses clients des Etats étrangers tel le Cameroun), « il a eu accès à des informations confidentiel-défense, et [cette reconversion] ne semble choquer personne », s’offusque un expert de l’Afrique.

Une bonne dizaine d’ambassadeurs à la retraite se sont dotés de leurs propres structures de conseil aux entreprises. Souvent lucratives…

En 2018, JDL Conseil, la boîte fondée par Jean-David Levitte, 73 ans, l’ex-sherpa de Nicolas Sarkozy, a réalisé un chiffre d’affaires de près de 1 million d’euros. Celui d’Alain Azouaou Advisors s’élève en 2017 à 1,726 million. Son fondateur, Alain Azouaou, 67 ans, ex-ambassadeur aux Emirats arabes unis, n’a pas prêché dans le désert…

Pas plus que Bertrand Besancenot, 67 ans, qui durant neuf ans (un record) a dirigé notre représentation en Arabie saoudite. Début 2019, il a créé la société Palmelys. Après les cheikhs, les provisions.

Jean-Marc Simon (Côte d’Ivoire), Jean de Gliniasty (Russie) et Pierre Ménat (Pays-Bas) avaient déjà ouvert la voie du business. Mention spéciale à Thierry Dana, 63 ans, pionnier du rétro-pantouflage diplomatique. Directeur Asie du Quai, puis représentant personnel du président Chirac à Pékin, il lance, en 2005, TD Conseil, destiné aux boîtes françaises souhaitant s’installer en Chine. Dix ans plus tard, il revient dans la carrière grâce à Laurent Fabius, qui le nomme ambassadeur au Japon. Banzaï !

Visa pour les boîtes françaises

Ambassadeur au Japon, au Royaume-Uni, en Allemagne et en Chine, ex-conseiller diplomatique de Jacques Chirac, Maurice Gourdault Montagne, 66 ans, rêvait d’une seconde vie. Le 19 décembre 2019, il a créé la société de conseil MGM-GO (Global Outlook). Avant d’être nommé le 20 janvier 2020 par le Gifen (syndicat professionnel des entreprises du nucléaire, dont EDF, Orano, etc.) président du salon World Nuclear Exhibition. Il avait siégé au conseil d’administration d’EDF. Cela ferait-il de lui un éminent expert de l’atome ?

A peine ses trois années d’ambassadeur en Inde achevées, Alexandre Ziegler, 50 ans, ex-directeur de cabinet de Laurent Fabius au Quai d’Orsay (2013-2016), s’est laissé enrôler, le 29 août 2019, comme directeur des relations institutionnelles du groupe de défense Safran. Même garde-à-vous pour Marion Paradas, 59 ans, ambassadrice en Slovénie. En 2018, elle est devenue vice-présidente du groupe d’électronique militaire Thales.

Spécialisé dans le recyclage (écolo), le groupe Suez n’a pas eu de mal, en 2017, à convaincre Jacques Audibert, 59 ans, ex-sherpa de François Hollande, d’endosser le poste de secrétaire général. De son côté, Ponant, propriété de François Pinault, a offert en 2018 à Bruno Joubert (69 ans), ancien ambassadeur du Maroc et conseiller Afrique de Chirac, un titre de « senior advisorpour les questions institutionnelles et internationales ». Un an plus tôt, l’armateur de porte-conteneurs CMA CGM avait embarqué Georges Serre (67 ans, ambassadeur au Congo, au Cameroun et en Côte d’Ivoire), pour en faire son conseiller Afrique et relations institutionnelles.

Ces fins diplomates savent naviguer à vue…


Un ambassadeur multipasseport

Chroniqueur au « Point » et sur France Inter, ex-ambassadeur à Tel-Aviv et à New York, Gérard Araud, 66 ans (dont trente-sept au Quai d’Orsay), travaille désormais pour une entreprise de sécurité informatique israélienne. Il a été recruté en septembre 2019 par NSO Group pour (on ne rit pas) protéger les libertés (« Libération », 31/10/19). Or NSO est poursuivi par WhatsApp pour avoir permis l’espionnage d’activistes, de journalistes et… de diplomates.

Mais ce n’est pas tout ! Araud, qui, pendant la campagne de 2017, s’était rapproché d’Emmanuel Macron, a repris du service pour le compte de Richard Attias & Associates, une entreprise en partie irriguée par des capitaux saoudiens. La boîte de com’ et d’événementiel, fondée par Richard Attias et son épouse, Cécilia ex-Sarkozy, a été chargée par le ministère des Affaires étrangères de la logistique du sommet Afrique-France 2020. Lequel se tiendra en juin à Bordeaux en présence d’Emmanuel Macron et d’une cinquantaine de chefs d’Etat africains.

Son Excellence Gérard Araud s’y occupera-t-elle de la sécurité, des relations avec la presse ou des échanges diplomatiques ?


Odile Benyahia-Kouider. Le Canard enchaîné. 12/02/2020