Sur le blasphème

Personnellement nous ne prônerons pas le pour ou contre l’emballement médiatique autour de ce qui est appelé l’« affaire Mila » (cette ado de 16 ans s’étant exprimée sur une religion), mais sur le fond. Blasphème ou liberté d’expression… ou encore, peut-on tout dire … ???.

Serons-nous traités de tous les noms dans les réseaux sociaux et surtout la population, légalement pénalisable, si nous affirmions « que le roitelet Macron se fout de la gueule des Français ? ». MC


Connaissez-vous le supplice des brodequins?

Cela consistait à coincer chaque jambe d’un suspect entre deux planches et à enfoncer des coins en bois entre les deux planches du milieu, pour écraser ses membres tant qu’il n’avouait pas les crimes qu’on lui imputait. Une des plus célèbres victimes de cette torture fut le chevalier de La Barre. En 1766, alors âgé de 20 ans, il fut condamné à avoir les jambes broyées au moyen de deux coins d’abord, puis de quatre coins ensuite, avant d’avoir la langue arrachée, d’être décapité et jeté aux flammes. Son crime : avoir blasphémé. Il avait été accusé de ne pas s’être découvert au passage d’une procession religieuse dans sa bonne ville d’Abbeville et d’avoir de surcroît mutilé un crucifix. Après sa décapitation, son corps fut brûlé, un exemplaire du Dictionnaire philosophique de Voltaire cloué sur le torse.

Aujourd’hui, le blasphème n’est plus puni par la décapitation ni même condamné par la loi. Et pourtant, il existe toujours, en 2020, des gens pour réclamer la mort en son nom. Le chevalier de La Barre n’avait que 20 ans quand il fut supplicié. Il lisait des livres licencieux et impies qui ne respectaient pas la religion. Il avait l’insolence de son âge, celui où on n’a peur de rien, avec pour seul désir de vivre libre.

Mila aurait pu être sa petite soeur, du haut de ses16 ans, l’âge de toutes les révoltes. La semaine dernière, elle a osé mettre en ligne sa colère contre l’injustice et l’aberration de la foi, en particulier celle de l’islam, dans des termes que le chevalier de La Barre n’aurait probablement pas reniés. Mila ne subira pas le supplice des brodequins, mais seulement celui des insultes sur les réseaux sociaux et des menaces de mort sur Internet. La routine, de nos jours, pour qui refuse de se soumettre à l’autorité de la religion.

Sa colère contre l’arbitraire du fait religieux est d’autant plus bouleversante qu’elle rappelle celle d’une autre jeune fille de sa génération, la désormais célèbre Greta Thunberg. Ces deux-là semblent révoltées par la même injustice : la lâcheté des adultes. Les adultes n’ont rien fait pour empêcher la planète de se désagréger sous nos yeux. Ils n’ont rien fait non plus pour combattre l’intolérance religieuse, chaque jour plus envahissante, comme une marée noire qu’on ne peut plus faire reculer. À 16 ans, on ne peut être qu’inquiet à l’idée de penser que c’est dans ce monde-là qu’il faudra tenter de vivre : une planète asphyxiée par les gaz d’échappement et les prêches toxiques émis en permanence par les diesels de l’islamisme et du fanatisme. Et il ne faut pas compter sur les adultes pour protester contre ces pollutions qui étouffent nos poumons et notre liberté d’expression.

Mila a d’abord été insultée par les plus cons, puis menacée par les plus fanatiques, et enfin abandonnée par les plus lâches. Sa colère et sa sincérité auraient dû être soutenues autant que celles de Greta Thunberg. Mais le confort intellectuel et la trouille ont préféré lui tourner le dos car sa cause est moins photogénique que les koalas qui couinent d’avoir leur petit cul roussi par les flammes d’un incendie apocalyptique. Elle est surtout beaucoup plus dange­reuse. Ce n’est pas la vie sur terre qu’il s’agit ici de sauver, mais tout simplement sa peau. On refuse d’admettre que notre société est capable de supplicier des innocents avec la même certitude glacée qu’au siècle du chevalier de La Barre. On est tellement imbus de notre modernité qu’on a balayé d’un revers de manche les réquisitoires enflammés d’un Voltaire contre les inquisiteurs, parce qu’ils nous confrontaient à notre lâcheté. Les brodequins dans lesquels on faisait éclater les os des jambes des blasphémateurs appartiennent au passé. Ils ne nous sont plus d’aucune utilité. Les smartphones, aidés de quelques kalachnikovs et de couteaux de cuisine bien aiguisés, ont pris la relève pour intimider les insolents qui refusent de baisser la tête devant la foi des fanatiques et des résignés.


RISS. Charlie hebdo. 29/01/2020


9 réflexions sur “Sur le blasphème

  1. bernarddominik 02/02/2020 / 14:28

    Le cas de Mila est très significatif de l’emprise de la religion sur un public qui ne réfléchit pas beaucoup. J’avais fait remarquer, sur Facebook, qu’Allah ne savait pas qu’il avait créé la terre ronde, puisqu’en imposant pour le ramadan le jeune du lever au coucher du soleil, il semblait ignorer qu’au delà du cercle polaire la journée dure 3 mois en été. Que n’ai je pas dit! J’ai finalement supprimé cette remarque devant le flot de reproches d’islamophobie, pourtant c’était de la simple logique. Le religion rend les gens aveugles sourds et j’irai jusqu’à dire idiots.

  2. bernarddominik 02/02/2020 / 14:37

    Samedi j’ai eu la visite de témoins de Jéhovah. Je leur ai simplement fait remarquer que je ne comprenais pas qu’un dieu bon et intelligent puisse sacrifier son fils, Jésus, pour que lui même pardonne aux hommes une faute commise des milliers d’années auparavant par un lointain ancêtre oublié de tous. Faute d’ailleurs si bénigne qu’elle paraît plutôt risible. Et bien ils n’ont pas su quoi répondre. Le monde de la religion me paraît bien étrange, peuplé de gens intelligents qui gobent n’importe quoi

    • Pat 02/02/2020 / 23:39

      Le lieu n’est pas ici au prosélytisme, Michel n’apprécierait pas forcément mais connaissant bien le sujet je me permets de répondre succinctement.
      D’une part la foi n’a rien à voir avec l’intelligence et d’autre part le cas d’Adam et Eve a été vulgarisé par des années de moquerie adverse. Mais la question est plus complexe et le livre de Job t’en apprendrait plus que la Génèse.
      Leur foi repose sur la croyance que Satan a lancé un défi à Dieu en prétendant que dans l’adversité l’homme ne resterait pas fidèle à Dieu (réf aussi à l’infidélité d’Adam et Eve).
      Dieu lui prétend le contraire sans autre moyen de le prouver que laisser le temps s’écouler jusqu’à ce que preuve soit faite…Jésus, lui, a compensé la faute d’Adam et permis aux chrétiens de suivre son chemin mais chacun doit prendre position pour lui-même.
      Si les religions posent problèmes, c’est justement parce que les choses ne sont pas si simples et que la science n’est pas encore capable d’apporter des réponses satisfaisantes non plus.

      Amicalement et respectueusement envers tous.

      • Libres jugements 03/02/2020 / 11:28

        Bonjour Pat,

        Tu as parfaitement analysé les choix et objectifs, présidant aux textes « postés » dans « libres jugements ».
        Pour rappel:
        L’expression plurielle doit avoir toute sa place dans ce blog du moment quelle « porte a connaissance » sans atteinte à la déontologie, sans prosélytisme, sans pédagogie primaire, sans tenter le moins du monde d’imposer une vision unique. tenter autant que faire se peut à trouver l’équilibre entre information complète et neutralité de jugement.

        L’administrateur s’échine à trouver aussi bien la genèse/cause d’un fait/événement qui peut – pourrait expliquer son déroulement ou son interprétation dans les divers médias au travers en essayant de réunir les diverses facettes constituant l’actualité, philosophie, mœurs ou moralité.

        Dans notre esprit nous acceptons aussi la rédaction d’un texte lié à un fait/événement et respectons toujours l’origine du texte. Ainsi l’ami Pat, si il venait l’envie de nous proposer l’exposé d’un fait/évenement et ton appréciation/commentaire, Il serait le bienvenu, sans restriction. Me faire parvenir sur le lien azer07120@gmail.com

        Bonne journée
        Amicalement
        Michel

  3. jjbey 02/02/2020 / 23:35

    La religion est un outil d’asservissement qui emprisonne la pensée par l’énonciation de dogmes dont il ne faut surtout pas essayer de comprendre le sens. Tout n’est pas à jeter et certains principes moraux sont acceptables mais nul n’a besoin de religion pour les adopter………… Les fanatiques qui en font leur profit ne sont que des escrocs de la pensée……….

  4. allanivarsson 03/02/2020 / 04:51

    i have a problem, I can’t read French. Hence, I have to stop receiving the e-mails. Word Press has a translator, hence to read your posts, I shall have to search your website through Word Press.

    • Libres jugements 03/02/2020 / 10:34

      It would be possible for some very short texts to translate them into the rest of the article, it cannot be the same for long articles, French internal policy, philosophy, related to finance, laws, jurisdictions, scams typically French.
      I am sorry all the more so that my readers are Italian, Spanish, Indian or Iranian, Israeli or Canadian…
      But above all French
      Good continuation
      Michel

Laisser un commentaire