Étiquettes

À tout ce qui était inquiet pour lui voilà de quoi les rassurer, Fillon François et Pénélope ne finiront pas à la soupe populaire… 2 « avé » et 3 « pater ». MC

La florissante reconversion de Fillon

Coucou, le revoilà ! Le 30 janvier 2020, François Fillon fera son grand retour médiatique sur France 2. Mais, à un mois de son procès, Fifi ne se présentera pas vraiment en haillons devant Léa Salamé et Thomas Sotto.

Reconverti dans la finance comme « associé senior » chez Tikehau, un fonds d’investissement qui jongle avec des milliards d’euros, Fillon a aussi créé sa propre boîte de conseil et de gestion en septembre 2017.

Baptisée Apteras et hébergée chez Tikehau, elle affiche une forme financière pétaradante. Selon le bilan de la société, consulté par « Le Canard », le candidat déchu à la présidentielle a réalisé 297.000 euros de bénéfice net sur les seize premiers mois de son activité.

Des profits entièrement pour sa pomme (puisqu’il en est le seul actionnaire) et qu’il a réinjectés dans sa boîte. A quoi s’ajoutent ses revenus versés sous forme de salaires, sans compter les retraites auxquelles notre nouvel as de la finance, 65 piges au compteur, a droit en tant qu’ancien député, sénateur, président de conseil régional, de conseil général, etc.

Avant la présidentielle, et tout en étant député, Fillon avait déjà entamé une carrière de consultant aussi discrète que lucrative. Avec sa boîte 2F Conseil, il avait encaissé 1,045 million d’euros de salaires et de bénéfices entre 2012 et 2017.

Et le scandale des emplois de Pénélope n’a pas donné un coup d’arrêt à ses affaires, bien au contraire !

En octobre dernier, par exemple, l’ancien Premier ministre était au Forum économique de Riyad, en Arabie saoudite, pour représenter Tikehau.

L’ex-candidat avait pourtant refusé, comme l’a relevé « Challenges » (30/10/19), de rencontrer le prince saoudien, Mohammed ben Salmane, fin 2016, pendant sa campagne. Mais c’était avant de rencontrer un petit grain de sable…

Un petit grain de sable qui, somme toute, lui a permis de gagner beaucoup plus d’argent que s’il était devenu président de la République.


Article non signé, lu dans le Canard enchaîné. 15/01/2020