Internet sans Google !

Pas si simple de ne pas utiliser ce géant du web. Pourtant, certains y arrivent et ils nous expliquent comment.

Imaginez un monde où, sur l’écran de l’ordinateur, n’apparaîtrait ni le G bleu de Google (le moteur de recherche) ni la roue à quatre couleurs de Chrome (le navigateur). Ce géant du « big data » (mégadonnées) maîtrise quasiment à lui seul tous les services du web. « Vous utilisez Google Maps pour vous diriger, Google Photos, Google Agenda et, quand vous ouvrez votre messagerie Gmail, c’est encore lui! Tout cela est relié et permet de nous suivre à la trace », explique Luca, 23 ans, en rupture de ban avec les habitudes numériques de sa génération.

Pas question pour lui d’utiliser Google, dont le modèle économique se fonde sur le principe de récupération de toutes les informations possibles sur ses utilisateurs. « Il analyse les données et peut en déduire vos orientations publicitaires, voire comportementales, et vos habitudes de consommation », reconnaît Sébastien Ermacore [1], spécialiste des systèmes d’information du web. Mais, en pratique, interdire au géant américain l’accès à nos données personnelles est loin de nous simplifier la vie. Pourtant, des solutions existent.

Ils ont choisi un navigateur indépendant

S’affranchir totalement de Google et de ses satellites suppose d’abord de dénicher un navigateur indépendant… et efficace. « C’est possible, mais compliqué ! » prévient Sébastien Ermacore, qui préconise avant tout des programmes « OpenSource » (à l’inverse de Chrome) qui, par définition, n’ont rien à cacher.

Parmi eux, Firefox est le plus connu, mais aussi Chromium, Brave ou Tor. « Ce dernier est très sûr, car il s’appuie sur un réseau animé par des bénévoles, qui permet de dissimuler totalement ses empreintes numériques pendant la navigation », explique l’expert. Plus qu’un navigateur, Tor porte en son sein un vrai manifeste : The Tor Project, un organisme sans but lucratif dont les objectifs enthousiasment les adeptes.

« Toutes les personnes impliquées dans ce projet partagent la conviction que chacun doit pouvoir explorer Internet en toute confidentialité, avec l’assurance que ses données per­sonnelles et sa vie privée seront protégées », observe Luca.

En pratique

Tor masque votre adresse IP ou, plus exactement, la noie dans la masse, selon la technique du routage en oignon (onion router en anglais). Il achemine le trafic par plusieurs serveurs jusqu’à créer un chemin tortueux, difficile à suivre, destiné à semer les poursuivants. Ainsi, le navigateur isole chaque site visité. Résultat : ni traqueurs ni publicités. Tous les témoins sont effacés une fois la navigation terminée, comme votre historique de navigation. Plus d’infos sur torproject.org.

Ils optent pour un métamoteur

« Si vous saisissez votre adresse de messagerie principale comme identifiant, si vous entrez çà et là votre numéro de téléphone, si vous postez toute votre vie sur les réseaux sociaux… alors votre navigateur, quel qu’il soit, peut devenir votre pire ennemi sur le web ! » avertit Sébastien Ermacore.

Pour ne pas être pisté, il faut choisir non seulement le bon navigateur, mais aussi le bon moteur de recherche. « La base du modèle économique des moteurs, c’est de conserver et de revendre à des sociétés de marketing notre profil, fondé sur les thèmes qui nous intéressent et les sites visités », rappelle Sabine Marcellin, avocate fondatrice du cabinet Aurore Legal et experte en droit du numérique.

La solution: les métamoteurs, qui ne possèdent pas la technologie d’un moteur de recherche à part entière, mais agrègent les résultats de plusieurs moteurs différents.

En pratique

DuckDuckGo (dont l’effigie est un petit canard) tourne ainsi avec une cinquantaine de moteurs en mode privé, ne stockant aucune adresse IP et ne collectant ni cookies ni historiques de recherche. Il compte actuellement un peu plus de 30 millions de requêtes par jour.

D’autres comme Disconnect Search ou Gibiru, créé par un groupe de défenseurs de la vie privée sur Internet,rassemblent les résultats de Google, de Bing, de Yahoo!, mais sans relier votre recherche à votre adresse IP, ce qui garantit l’anonymat. Cependant, toutes ces options sont d’origine américaine… ce qui ne satisfait pas les militants « anti-Google » comme Luca.

Ils veulent un moteur de recherche européen

En Europe, un règlement protège vos données personnelles et prévoit notamment le droit au déréférencement ou « droit à l’oubli ». « Vous pouvez ainsi demander au moteur de recherche de supprimer les résultats associés à vos nom et prénom, explique Sabine Marcellin. Cela s’applique dans tous les Etats de l’Union européenne, même si la société éditrice du moteur de recherche se trouve hors de cette zone géographique. »

Pourtant, récemment, la Cnil (Commission nationale de l’informatique et des libertés), qui estime que seul un déréférencement mondial serait de nature à permettre une bonne protection, a perdu contre Google devant la Cour de justice de l’Union européenne : cela signifie que le droit à l’oubli exercé par un internaute européen ne sera applicable qu’au sein de l’espace… européen.

En pratique

On peut choisir Exalead ou Qwant, qui connaît un nombre croissant d’adeptes de ce côté de l’Atlantique.

Créé en 2013 par une société toulousaine, Qwant s’est engagé à ne pas tracer les utilisateurs et à ne pas filtrer le contenu d’Internet. Les données sont stockées sur des serveurs qui appar­tiennent en propre au site. Une version de Qwant destinée aux enfants a même été mise au point en 2015: Qwant Junior garantit zéro traçage, zéro pub et zéro produit marchand.

Ils surfent sans coût carbone

La cybersécurité peut aussi s’accompagner de motivations éthiques, solidaires, voire écologiques. « Nous voulons des arbres, pas tes données personnelles », proclame Ecosia, un métamoteur de recherche allemand qui se flatte de ne pas être « un produit de la Silicon Valley », d’avoir son siège à Berlin et sa propre centrale solaire pour alimenter ses serveurs d’une énergie 100 % renouvelable.

C’est ce qui a convaincu Lucie, blogueuse écolo et trentenaire : « Toutes les heures, dans le monde, on compte 180 millions de recherches Google, qui génèrent 7 tonnes de CO2 par jour, s’indigne-t-elle. Avec Ecosia, au contraire, j’ai déjà participé à planter dix arbres en quatre mois d’utilisation ! Un petit compteur, à côté de la barre de recherche, indique à combien on en est, sachant que 45 recherches représentent un arbre planté ! », assure-t-elle.

En pratique

Ecosia ne fait que compiler les résultats d’autres moteurs, dont Google, reverse 80 % de ses bénéfices (soit environ 50 % de ses revenus publicitaires) dans des projets de reforestation un peu partout sur la planète, et publie ses comptes annuels pour le prouver.

En France, le tout nouveau moteur Ecogine, créé par trois étudiants nantais, suit le même exemple en garantissant la confidentialité et le versement de ses bénéfices à des associations écologistes. Lilo, un autre moteur français, qui soutient des projets sociaux et environnementaux, a lancé cet été son service de messagerie « éthique et solidaire », s’engageant à respecter votre vie privée et à envoyer des e-mails « à faible impact énergétique » !


Brigitte Valotto. Dauphiné libéré : « Version féminina ». N°928.


[1] Auteur, avec Sylvain Pilpay, d’Internet, surfez en sécurité, Eyrolles.


10 réflexions sur “Internet sans Google !

  1. Jean Claude Divet 12/01/2020 / 13:36

    Salut Michel !!
    J’utilise Opéra comme navigateur et Qwant comme moteur de recherche.

    • Libres jugements 12/01/2020 / 14:43

      Bien l’ami Jean-Claude,
      Merci pour votre-ton commentaire
      Cordialement
      Michel

  2. bernarddominik 12/01/2020 / 18:27

    J’ai installé tor mais le temps de réponse est très lent, et impossible de se connecter à libre de jugement pour mettre un commentaire. J’essaierai Firefox. J’avais installé qwant mais il y avait plein de bugs et des réponses pas toujours adéquates. Mais effectivement ne pas être pisté fiché est important, mais le meilleur moyen reste de ne rien dire de soi qui puisse être interprété, pas facile de se passer de Google et Android

    • Libres jugements 12/01/2020 / 18:42

      Bonjour Bernard,

      Pour ma part ça fait bien longtemps que je travaille avec Firefox et j’en suis très content.
      Lorsque je veux faire des recherches un peu pointues j’utilise « Brave » un peu plus lent que Google mais exemptant toutes traces de recherche.

      je voulais essayer Tor mais si tu me dis qu’il est très lent, je te crois sur parole et éviterait ce logiciel.
      j’utilise par contre, plein d’autres logiciels Libres. Gimp, InKscape, Scribus entre autres et dans l’ensemble j’en suis très satisfait.
      Bonne soirée
      Cordialement
      Michel

  3. Mébul 12/01/2020 / 22:58

    Merci Michel pour ce post hyper intéressant et utile !
    Mon navigateur est Firefox, pas si mal donc, et je vais aller faire un tour sur Ecosia comme moteur de recherche pour éventuellement remplacer Google…

    • Libres jugements 13/01/2020 / 13:06

      Bonjour,
      Si vous faites l’essai d’Ecosia, faites-nous partager votre expérience…
      Amicalement
      Michel

      • Mébul 13/01/2020 / 21:09

        Il faut que j’y pense, je suis allée direct sur Google… pas facile les habitudes…

      • Mébul 13/01/2020 / 23:35

        Michel, j’ai fait un test et du coup, j’ai déjà un clic mais il en faut 45 pour pouvoir planter un arbre. En revanche, étant encore sous Xp, mon Firefox ne fait plus de maj (ni mon os d’ailleurs) donc je ne peux pas le télécharger (c’est gratuit) mais je peux y accéder et au lieu d’avoir Google inscrit en haut, c’est bien Ecosia. Bon, alors, je l’ai mis dans mes favoris et je vais essayer de penser à le lancer au lieu de Google. C’est exactement pareil que sur Google, peut-être parce que je ne l’ai pas téléchargé mais je ne pense pas. Voili voilou.

  4. fanfan la rêveuse 13/01/2020 / 06:20

    Bonjour Michel,
    Je vous remercie pour votre partage, très instructif que je vais de suite le transmettre à mes proches.
    Très bonne journée à vous 🙂

    • Libres jugements 13/01/2020 / 14:03

      Bonjour Françoise,

      Vous me connaissez assez pour savoir combien je suis pour la diffusion la plus large d’informations constituant notre vie quotidienne.

      Sur ces diverses alternatives autour de Google des logiciels payants …
      Je voudrais préciser les logiciels que j’emploie depuis quelques années avec succès et jusqu’à maintenant sans dommage numérique dû aux virus et hackers.
      D’abord j’utilise un antivirus : AVG et une foultitude de leurs produits dérivés. Il est classé comme étant le deuxième plus performant antivirus au niveau mondial.
      Il est certes pas donné surtout si on ajoute les produits dérivés ; mais cela m’a garanti une tranquillité et respect de mon travail.
      AVG internet Security, AVG tuneUp, AVG Anti Track, AVG Secure VPN, AVG Driver Updater.

      Lorsque je veux faire des recherches « pointues », j’utilise « Brave » un peu plus lent que Firefox ou Google, mais exemptant de toutes traces de recherche.
      J’ai essaye DuckDuckGo et l’ai assez vite abandonner n’étant pas très précis et peu « ouvert » a des recherche « dans les coins ».
      Il se murmure que Qwant (pour survivre financièrement), aurait plus ou moins passé des accords en secret, avec : soit Yahoo, soit Google … D’où mon abandon de ce service.
      Logiciels Libres: Libre-Office (traitement de texte tableur etc.), Gimp (correction photographique), InKscape (dessin), Scribus (Mise en page) et dans l’ensemble j’en suis très satisfait, même s’il y a parfois quelques bogues qui me font rager n’ayant pas prient la peine d’enregistrer systématiquement l’évolution des travaux.
      Dans les logiciels achetés: Dragon (logiciel de dictée), Omnipage (Scanner reconnaissance de texte), Word (courrier plus intuitif que Libre-office), Window 7 (mais n’étant plus mis a jour, vais passer à Window 10 a mon grand regret mais Linux est trop compliqué a gérer, et les autres systemes peu intuitifs).

      Voilà Françoise je pense être complet tout au moins à mon niveau concernant l’utilisation du numérique.
      Vous souhaitant une bonne journée à vous et aux vôtres.
      Amicalement
      Michel

Laisser un commentaire