La Californie réglemente la gestion des données de ses citoyens

Dans un pays où aucune loi fédérale ne garantit le respect de la vie privée face aux appétits des géants du numérique, le Golden State est le premier Etat à réglementer le refus de partager ses informations privées.

Depuis le début de l’année, les internautes de Californie reçoivent une notification spéciale à chaque fois qu’ils consultent un nouveau site. « Bonjour. Nous mettons à jour nos pratiques pour protéger vos droits au respect de la vie privée et assurer une plus grande transparence sur la manière dont nous collectons, traitons et utilisons les données individuelles. » Classique en Europe, la possibilité de refuser cookies et traçage est désormais accessible aux Californiens.[…]

  • Les patrons sont partisans

Adoptée en juin 2018, la loi californienne donne le droit aux citoyens de savoir quelles données sont collectées sur eux par les entreprises, à qui elles sont revendues et d’exiger qu’elles soient effacées. Ils peuvent refuser que leurs informations soient cédées à une partie tierce sans perdre automatiquement l’accès au site. La compagnie n’a pas le droit d’exercer des représailles mais peut, en revanche, appliquer ce qui a pris le nom « d’exception Spotify », du nom de la plate-forme de musique : des tarifs différents selon le volume d’informations que l’usager est prêt à partager.

[…]

Les géants de la tech, qui s’étaient d’abord opposés à la réglementation par leurs lobbies, s’étaient ralliés, notamment Facebook, (qui avait cessé de financer un groupe d’opposants peu après le début de l’affaire Cambridge Analytica). Le vent ayant tourné, tous les patrons sont maintenant partisans d’une loi fédérale sur la vie privée. […]


Corine Lesnes. Le Monde. Titre original : «Après l’Europe, la Californie réglemente la gestion des données de ses citoyens ». Source (extrait).