AFP : L’info neutre, mon œil !

Afin de remplir les caisses, une drôle de filiale, AFP-Services, bosse désormais pour McDo et Coca-Cola. Et avec de vrais journalistes…

Voilà une excellente information… qui ne fera l’objet d’aucune dépêche de l’AFP : depuis quelques semaines, la prestigieuse agence de presse réalise des clips pu­blicitaires pour le compte de McDo. Tout un symbole !

C’est à une filiale méconnue de l’AFP, la société « AFP-Services », que l’on doit cet exploit. Même logo, même habillage, même typo, même coloris que celui de l’agence de presse, mais à la sauce réclame. Et avec un vilain risque de confusion que les journalistes de la maison mère ont du mal à digérer…

Patate chaude

Début décembre, cette pub pleine de finesse claque sur les réseaux sociaux : « Chez McDo, on m’a embauché pour faire des frites, et aujourd’hui j’ai la patate ! » La vidéo vante les formations internes du géant mondial du hamburger et promet des carrières mirobolantes en France. La signature est claire : « Conception et réalisation : AFP-Services ».

Les confrères de l’agence (déjà partenaire de Facebook !) s’étranglent, d’autant que ces liaisons dangereuses s’intensifient. Cette année, AFP-Services a aussi conçu des clips pour Coca-Cola. Un sans-faute ! En dix ans d’existence, la filiale — à 100 % de l’AFP est passée de prestations photo et vidéo pour les services publics ou la Commission européenne à la promotion de boîtes privées, voire d’Etats pas toujours fréquentables : l’agence a ainsi travaillé pour l’assureur AG2R, le chinois Tencent ou le gouvernement du Qatar…

AFP-Services a aussi aidé la sympathique République d’Azerbaïdjan. En 2017, elle lui a fourni quelque 4.000 photos et 350 dépêches censées faire rayonner les 4e Jeux de la solidarité islamique. Le plus beau est que le site de l’AFP s’en vante : « C’était la première mission AFP-Services avec des personnels AFP. Nous avons pu nous appuyer sur l’expérience et les infrastructures de l’agence. » Pour le mélange des genres, c’est la médaille d’or !

Pas de quoi faire rougir Fabrice Fries, ancien cadre de Publicis, nommé en avril 2018 PDG de cette ultramoderne AFP avec le soutien de la Macronie. « Associated Press, Reuters… Tous nos concurrents ont ce type d’activité. Nous sommes obligés de diversifier nos revenus, comme tous les médias, mais nous devons le faire proprement et certainement clarifier certaines pratiques. » Certainement…

Burger Fries

Pour l’instant, le chiffre d’affaires de cette filiale (6,6 millions d’euros en 2018, 7,2 millions estimés en 2019) reste marginal dans le budget de l’AFP : 300 millions d’euros, dont 124 millions apportés cette année par l’Etat, lequel n’est pas regardant sur ces pratiques, du moment que l’oseille entre dans les caisses. En interne, en revanche, le PDG Fries a dû accepter, cet été, une « mission de consultation » sur AFP-Services. « Le Canard » en a lu avec intérêt le rapport (26/9), rédigé par un ex-rédacteur en chef : « AFP-Services s’est développé pratiquement en dehors de toute directive sur ses modes opératoires ou ses relations de travail avec la maison mère AFP », souligne le document, qui préconise de « créér une limite claire entre l’activité d’AFP-Services et celle de l’AFP ».

Et l’auteur de proposer de « duire le risque de confusion avec l’agence de presse AFP, tout en conservant le nom de marque AFP dans un but d’efficacité marketing. L’autre option serait d’abandonner l’appellation AFP… » Et pourquoi pas « Agence France Pub » ? Il émet aussi cette pertinente suggestion : « AFP-Services doit refuser toute commande susceptible de soulever un problème éthique et d’affecter négativement son image ou celle de l’AFP. »

Le 17 décembre, lors du dernier conseil d’administration, Fries a promis aux représentants du personnel des « directives pour tout clarifier » d’ici à fin janvier. Il l’affirme tout net au « Canard » : « Si cette activité devait poser un problème de réputation ou de confiance, qui sont toute la richesse de l’agence, je préfère qu’on perde du business. » Démonstration ? Au conseil d’administration, l’AFP a fixé, pour 2020, un objectif de… 14 % de croissance pour sa branche AFP-Services.

Preuve qu’elle ne pose aucun «problème de réputation »…


Jérôme Canard. Le Canard enchaîné. 31/12/2019