Direction Zanzibar

Le soir de noël, à la fin du journal télévisé de 20 heures, la chaîne de service public France 2 nous a fait un merveilleux cadeau. Elle nous a présenté une « nouvelle destination », l’archipel de Zanzibar.

« Un décor de carte postale, (…) des kilomètres de plages bordées de cocotiers (…), des eaux cristallines, (…) une destination de rêve (…) jusqu’alors méconnue mais qui devient de plus en plus accessible, (…) choisie par de plus en plus de touristes »…

N’en jetez plus, on saute dans l’avion, et hop ! 7.000 kilomètres plus loin, nous voilà au soleil de Zanzibar. Et tant pis pour Greta Thunberg !

Grâce à France 2 et à tous ceux qui nous agitent sous le nez des « décors de carte postale », d’ici à quinze ans, le trafic aérien mondial aura doublé, et quadruplé pour la moitié du siècle.

Tant pis pour le CO2 : le chiffre d’affaires des compagnies aériennes est destiné à exploser, et celui des aéroports aussi.

On comprend que le bétonneur Vinci, à qui a échappé Notre-Dame-des-Landes et qui possède déjà moult aéroports dans le monde entier, soit prêt à mettre 9 ou 10 milliards pour dévorer les très rentables Roissy-Charles-de-Gaulle et Orly, les têtes de gondole françaises. Plus juteux, tu atterris !

Lorsqu’il était ministre de Hollande, Macron avait déjà privatisé les aéroports de Toulouse (une vraie cata), de Nice (bétonnage en vue) et de Lyon. En mars dernier, il décide de remettre ça avec Aéroports de Paris, ADP, dont l’Etat possède encore 50,6 %.

Stupeur : voilà que, sur fond de gilets jaunes énervés, 248 députés et sénateurs de droite et de gauche, opposés à cette vente, déclenchent le lancement d’un RIP. Equipé d’un carcan de conditions impossibles, ce « référendum d’initiative partagée (RIP) » a été créé sous Sarkozy pour ne jamais servir.

Que ces parlementaires aient réussi à dépasser le nombre requis relève déjà du miracle. Qu’avant mars prochain 4,7 millions de citoyens en âge de voter aient signé la pétition en serait un second.

Le gouvernement ayant fait ce qu’il fallait pour les décourager (zéro campagne d’info, zéro débat, un site Internet lamentable, etc.), les signataires sont en passe d’atteindre le million symbolique. Ils auront du mal à aller beaucoup plus loin.

Ouf, pas de référendum ! Dire que, il y a un an tout juste, c’était l’une des grandes revendications des gilets jaunes… Le soulagement est général.

Bientôt, on va nous expliquer à quel point le bel argent tiré de la vente va servir à financer des projets d’innovation de rupture pour l’avenir du XXIe siècle qui est en marche avant. Et aussi que prendre l’avion est un geste très écolo.

Non seulement les compagnies aériennes ajouteront un jour dans leur kérosène (toujours pas taxé) du biokérosène, prétendument très vertueux, à base de colza, de palme et de betterave (et, comme il coûte deux fois plus cher, elles décrocheront des subventions publiques), mais en plus ces mêmes compagnies promettent de planter des arbres ! Pour compenser !


Jean-Luc Porquet. Le Canard enchaîné. 31/12/2019


3 réflexions sur “Direction Zanzibar

  1. bernarddominik 05/01/2020 / 19:21

    Oui c’est totalement incohérent. Sur notre facture d’électricité il y a 37% de taxes sont là moitié au titre de la transition écologique, pourtant se chauffer, s’éclairer, écouter un cd…. semblent plus nécessaires qu’aller se faire bronzer à Zanzibar. Pas pour Macron et cie….Ils nous prennent bien pour des couillons, car en fin de compte se faire bronzer à Zanzibar rester l’apanage des plus riches.

  2. jjbey 06/01/2020 / 10:27

    Et Belle Ile en mer?
    Ça ne vous dit pas?
    Ce sont toujours les mêmes qui polluent et profitent de la pollution…

Répondre à jjbey Annuler la réponse.