Et, un poulet sauce ripoux, un !

La grande famille des flics ripoux vient de s’enrichir d’un spécimen rare …

… le poulet qui piquait les billets de banque des gardés à vue mais qui prenait soin de les remplacer… par des faux !

Fin novembre, une jeune femme, qui a passé la nuit en cellule, quitte le commissariat central de Nîmes (Gard). Elle était entrée avec plusieurs billets de 10 et 20 € en poche.

Problème : à la sortie, les biftons qui lui sont rendus lui paraissent douteux. Elle rouspète auprès du planton de service, qui finit par accepter de passer les billets au détecteur. Ce sont des faux, et du genre le plus grossier. Rédigée en tout petit, une mention précise qu’il s’agit d’espèces utilisées pour les tournages de cinéma…

Clap de fin

Les flics auraient pu se contenter de ricaner, mais voilà : quelques heures plus tôt, un autre quidam sorti de garde à vue (il avait été coffré pour conduite en état d’ivresse) s’est retrouvé lui aussi avec de faux biftons en poche.

Point commun avec la jeune fille ? Le même gardien de la paix s’était chargé de la fouille, de la saisie et de la restitution de leurs biens… Alerte à toutes les brigades !

Allo, les boeuf-carottes !

Une enquête de la police des polices de Marseille est déclenchée illico. Les boeuf-carottes découvrent que le manège du poulet nîmois ne datait pas d’hier.

Neuf mois plus tôt, déjà, un type embastillé durant quelques heures avait déposé une plainte cocasse : porteur d’une Rolex au poignet, il s’était vu remettre, au terme de sa garde à vue, une fausse montre à la place. Il avait alors saisi la justice dans l’indifférence générale…

D’autres breloques de foire ont été retrouvées lors de la perquisition effectuée au domicile du flic détrousseur. Des liasses de faux billets de 10 et 20 €, aussi, dont le propriétaire a juré qu’ils appartenaient à son fiston.

Selon lui, ce garnement court les castings de cinéma pour décrocher un rôle. Notre artiste, qui conteste les faits (« les billets de cinéma, tout le monde en a ! » dit son avocat), a été mis en examen le 4 décembre [2019] pour « vol par dépositaire de l’autorité publique, recel de vol, détention et utilisation de faux billets et association de malfaiteurs ». Et suspendu, dans l’attente d’une éventuelle radiation, réclamée par ses chefs. Entre-temps, il a bien sûr connu les joies de la garde à vue à Marseille…


Jérôme Canard. Le Canard enchaîné. 18/12/2019


3 réflexions sur “Et, un poulet sauce ripoux, un !

  1. etoile31 23/12/2019 / 06:45

    Petit bras quand même 😜, compter tenu de l’environnement marseillais…😱🤪

  2. bernarddominik 23/12/2019 / 07:48

    Incroyable. Un état corrompu, qu’il ait pu faire ça plusieurs mois est incroyable.
    Mais que va faire la justice…

  3. jjbey 23/12/2019 / 11:06

    Heureusement ne sont pas tous comme ça.
    L’attitude des collègues de ce triste individu interpelle surtout que ce n’était pas la première fois que l’on se plaignait des turpitudes de ce voleur masqué déguisé en flic.
    Ah c’en était un vrai?
    La peine encourue sera d’autant plus importante.

Répondre à jjbey Annuler la réponse.