Z’allez-vous mettre à table, ça tombe bien !

L214, qui a été relaxée pour la diffusion des images, a fait appel de sa condamnation, le 18 octobre, par le tribunal correctionnel de Pau [1], à 5.000€ d’amende « pour atteinte à l’intimité de la vie privée de salariés, suite à la diffusion des conditions de mise à mort des animaux dans l’abattoir de Mauléon-Licharre en 2016 » – plus 1500€ à chacun des trois employés.

Pour Brigitte Gothière, cofondatrice et porte-parole de L214, c’est totalement injuste, car « l’intention de l’association n’a jamais été de stigmatiser les salariés mais bien de défendre les animaux. […] jusqu’à présent, seules les images ont permis de mettre en lumière la violence inouïe qui se déroule quotidiennement dans les abattoirs. Cette violence touche également les salariés chargés de faire le sale boulot [2.400 mises à mort à la minute] pour une société prompte à les tenir responsables afin de mieux s’affranchir de ses propres responsabilités […] ».

Révélée le 21 novembre, l’enquête de L214 « Naître et mourir dans un élevage de cochons [2] » a eu lieu en septembre dernier dans un élevage intensif de cochons, du groupe Triskalia, dans la commune de Dirinon (Finistère). La coopérative Triskalia « est fournisseur de référence des abattoirs de l’entreprise Bigard-Socopa ». Yann Arthus Bertrand, très choqué, commente les terribles images diffusées par l’association. Il lance un appel aux candidats des prochaines municipales afin qu’ils s’engagent « […] à écarter la viande et autres produits animaux issus des élevages intensifs de la commande publique, notamment pour les cantines scolaires. [Et] à augmenter la fréquence des repas végétariens». L214 a «porté plainte pour mauvais traitements et sévices graves » auprès du procureur de la République de Brest.

J’ai déjà parlé du terrible sort réservé aux veaux issus de la production laitière («Puces» n° 1411). Une nouvelle vidéo de L214, effectuée entre juil­let et octobre 2019 dans un élevage insalubre de la société Ouest Élevage, le confirme (l214.com/ enquetes/2019/elevage-made-in-france/veaux-laiterie-laita).

Juste avant la période des fêtes, L214 dénonce un élevage de canards du Domaine de la Peyrouse, « rattaché au lycée agricole de Périgueux […], qui dépend directement du ministère de l’Agriculture ». Il y produit du foie gras (vidéo sur 1214.com). Des milliers de canetons sont jetés à la poubelle, vivants. « À l’abattoir, des canards reprennent conscience après la saignée… ». Le Domaine a reçu la médaille « Foie gras médaille d’or 2019 » au Concours général agricole. Aujourd’hui, tout va mieux, rassurent les responsables…


Luce Lapin. Charlie hebdo. 18/12/2019


  1. luce-lapin-et-copains.com/2018/03/26/abattoirs-mauleon-licharre-a-la-barre et/ou lucelapinetcopains@gmail.com).
  2. l214.com/enquetes/2019/elevage-made-in-france/cochons-finistere

3 réflexions sur “Z’allez-vous mettre à table, ça tombe bien !

  1. fanfan la rêveuse 22/12/2019 / 20:21

    Bonsoir Michel,
    Voila encore un sujet pas bien joyeux…Et qui doit nous faire réfléchir !
    L’Homme n’a pas besoin de consommer autant de viande pour vivre, à chacun de méditer sur sa consommation ainsi que des conditions d’élevage qui en découlent…

    Je vous souhaite une bonne soirée et vous dis à l’année prochaine car je fais une vraie pause pendant les fêtes, c’était mon dernier commentaire 😉
    Prenez soin de vous et profiter bien de ce temps de rassemblement, amicalement

  2. bernarddominik 22/12/2019 / 21:09

    Triste société qui traite ainsi les animaux.
    C’est une barbarie et une honte.

  3. jjbey 22/12/2019 / 23:22

    Condamner les dénonceurs de sévices animaliers relève de l’inconscience. Les tueurs maltraitants peuvent faire n’importe quoi et rester impunis, ceux qui dénoncent la cruauté sont sanctionnés .On marche sur la tête quand la justice protège des actes barbares commis sur les animaux.

Laisser un commentaire