Retraite – Régime spéciale pour la maison « poulaga »

Ainsi donc la raison première évoquée pour « lisser » en mettre toutes les retraites au régime universel, n’est évidemment plus d’actualité. Dans la suite logique des accords corporatistes déjà accordés à certains, il ne sert plus à rien de sortir du chapeau le soi-disant épouvantable (soi-disant cette répulsion populaire unanime) des régimes spéciaux des cheminots (entre autre) comme étant l’exemple type de ce qu’il ne fallait pas tolérer par le tout à chacun pour assurer l’équité de tous à la retraite.

Encore une fois les effets de manches, d’annonces, de déclarations fracassantes du gouvernement en place – comme tant d’autres avant lui – a tenté d’abuser de la crédulité du peuple français en essayant de monter les uns contre les autres.

Il a longtemps qu’est fini le temps des lendemains d’élections « ceux qui chantent (comme ils disent) » et permet durant quelques mois, de faire passer des lois-décrets-ordonnances, sans que la population bouge.

Trop d’erreurs de jugement, de mépris envers les Français, d’atermoiements, de revirements, de sujets de Sa Majesté Emmanuel pris dans les mails de la justice, de ministre oubliant l’intégrité et leur devoir envers leurs électeurs, l’utilisation de passe-droits, etc. Alors oui les grèves gênent les usagers, nous ne pouvons dire le contraire, mais dans le même temps ces mêmes usagers aussi les trois quarts des Français, mécontents de la vie sociale, sociétale, fiscale par ses taxes diverses et insidieuses, que propose le roitelet et sa cour.

Demain, en mars pour les municipales, c’est bien un « dégage » celle-celui se revendiquant du mouvement LR–EM qui sera porté dans les urnes car on le voit bien, Castaner en tête, le gouvernement, ces marionnettes d’élus députés, guidés par Emmanuel, entendent faire croire qu’ils seront les gagnants des élections municipales. MC


Les poulets ont déplumé les mesures Delevoye

Ce fut plus rapide qu’une dispersion de cortège en fin de manif. Le 12 décembre [2019], les flics ont obtenu, en un éclair de Taser, le maintien de leur régime spécial de retraite. Tout poulet pourra raccrocher le képi à 57 ans… A elle seule, cette victoire a flingué la réforme Delevoye.

Exit le caractère universel du régime de retraite !

Avant de s’asseoir à la table des négos avec Castaner, Nuñez, Delevoye et même l’émissaire de Matignon, les poulets savaient qu’ils avaient partie gagnée. Le conseiller police du cabinet des deux ministres avait pris soin d’envoyer aux principaux représentants syndicaux cet apaisant SMS : « Ça va bien se passer. »

La preuve ? A peine installé dans le Fumoir, l’une des salles de réunion de Beauvau, le ministre de l’Intérieur a annoncé que le régime dérogatoire de la basse-cour allait survivre. Méfiants (après moins de trois heures de réunion), les syndicalistes ont exigé qu’il couche ses promesses par écrit. La lettre de deux pages, signée Castaner, est arrivée le surlendemain.

Quelques jours plus tôt, les poulets avaient sorti leurs ergots. La majorité des commissariats en France n’assuraient plus que les appels d’urgence à police secours. Ça sentait tellement la jacquerie que, dans plusieurs départements, les chefs à plumes de la sécurité publique ont dû pondre des notes illico pour rappeler leurs troupes à l’ordre, les menaçant d’enquêtes administratives. Grosse ambiance !

Le 10 décembre [2019], jour de la manif, plus d’un millier de gendarmes mobiles ont été mobilisés au pied levé. Un nombre équivalent de CRS (qui n’ont pas le droit de faire grève) s’étaient fait porter pâles !

Et le 12 décembre [2019], à bord de leurs bagnoles sérigraphiées, toutes sirènes hurlantes, des flics facétieux sont allés réveiller plusieurs préfets vers 3 h. Du matin. Les malheureux, affolés, ont à leur tour réveillé Beauvau. Pimpon ! L’air sentait tellement le poulet roussi que Castaner a convaincu Matignon de se coucher.


Didier Hassoux et Christophe Labbé. Le Canard enchaîné. 18/12/19