L’Ordre des médecins a des problèmes gastriques

A peine publié, le rapport de la Cour des comptes sur la gestion, pour le moins foutraque, de l’Ordre des médecins a déclenché une poussée de fièvre démissionnaire au conseil régional de l’institution en Nouvelle-Aquitaine.

L’une de ses responsables, Marianne Turgné, vient de quitter son poste discrétos et d’abandonner sa présidence dans les Deux-Sèvres.

Raison ? La découverte d’un trou de fort beau gabarit dans les caisses de l’Ordre de l’ex-région Poitou-Charentes. Au printemps, au moment de régler les indemnités de licenciement des personnels de l’ancien siège de Poitiers, les gestionnaires se sont aperçus qu’il manquait 200.000 euros dans les comptes sans que la trésorière, la docteure Marianne Turgné, puisse fournir d’explications convaincantes…

Coup de gomme mystère

Mis sous pression par l’enquête de la Cour des comptes, le Conseil national de l’ordre a réagi, pour une fois, au quart de tour. Une mission d’inspection a été dépêchée fissa sur place, et un rapport aussi confidentiel qu’accusateur a été rendu en octobre. En prime, les inspecteurs ont décidé de transmettre le dossier au procureur de la République de Poitiers et de saisir les ins­tances disciplinaires du cas de l’ancienne trésorière. Contactée par « Le Canard », celle-ci se contente d’évoquer des « éléments inexacts ».

Cette histoire a été mise au jour trop tard pour être mentionnée dans le rapport de la Cour. Elle aurait pu y enrichir la longue liste des détournements de fonds, des dérapages et des copinages dénichés par les magistrats. Parmi eux, l’histoire stupéfiante (et injustement passée inaperçue) d’un gastro-entérologue des Hauts-de-France.

Les qualités professionnelles de ce « praticien connaissant des problèmes de surconsommation d’alcool » ont été remises en question, en 2016, à la suite de la mort d’un patient provoquée par un accident lors d’une coloscopie. Un collège d’experts avait alors diagnostiqué une « insuffisance de connaissances médicales » du médecin. Autant dire que la radiation de l’intéressé était acquise…

Sur le document final, l’« insuffisance de connaissances médicales » est devenue une « suffisance (sic) de connaissances médicales » ! Avec les félicitations du jury ? Aucun péril grave, ont donc estimé les juges disciplinaires. Qui se sont bornés à « recommander » au toubib visé d’« assister à un congrès de gastro-entérologie ». Et ce sera bien suffisant !


Hervé Liffran. Le Canard enchaîné. 18/12/2019


Laisser un commentaire