Étiquettes

 … qui commerçait avec l’Empire romain.

Archéologie.

Des archéologues ont dégagé, en Éthiopie actuelle, une cité enfouie qui fut habitée pendant 1400 ans. Baptisée Beta Samati – « maison d’audience » en langue locale tigrigna – cette ville faisait partie du royaume d’Aksoum qui a dominé l’Afrique de l’Est pendant des siècles et commerçait avec l’Empire romain. La description de cette découverte est publiée dans l’édition de décembre de la revue scientifique Antiquity.

“C’est l’une des plus importantes civilisations anciennes, assure au New Scientist Michael Harrower, chercheur à l’université Johns-Hopkins de Baltimore qui a participé aux fouilles, mais [dans le monde occidental] personne ne la connaît. En dehors de l’Égypte et du Soudan, c’est la première société complexe ou civilisation majeure en Afrique.”

Pour Jacke Phillips, du département d’études asiatiques et africaines à l’université de Londres, qui n’a pas pris part à la publication, la découverte de Beta Samati est « cruciale ». À l’hebdomadaire, il affirme que « la plupart des sites aksoumites et pré-aksoumites connus correspondent à des fouilles anciennes, menées à la va-vite et ayant fait l’objet de publications peu rigoureuses par rapport à nos critères actuels. »

Des habitations, des amphores et une bague

Les archéologues ont déterré des amphores, mais aussi des petits bâtiments qui pouvaient être soit des échoppes soit des habitations. Des datations au carbone 14 ont permis de déterminer que le site a été occupé de 771 avant JC à 645 après. « Cela signifie que Beta Samati a existé pendant la période pré-aksoumite et a été continuellement habitée pendant toute la montée d’Aksoum », précise New Scientist.

Le magazine révèle que « l’équipe a aussi trouvé une bague en alliage de cuivre et plaquage à la feuille d’or, surmonté d’une pierre rouge appelée cornaline, pierre dans laquelle est gravée une tête de taureau au-dessus d’une liane ou branche. » Pour Michael Harrower :« Ça ressemble beaucoup à une bague romaine, outre le style de l’animal représenté. »

L’équipe estime qu’il est possible que les dirigeants d’Aksoum aient fait appel à des artisans romains et leur aient demandé d’adapter les œuvres romaines à la culture d’Aksoum. « Les archéologues savent depuis longtemps qu’Aksoum était une civilisation commerciale majeure, exportant de l’or, de l’ivoire, des éléphants et des babouins », rappelle New Scientist.

Il ne fait aucun doute que Beta Samati avait son rôle à jouer dans le commerce entre Aksoum et Rome.


Un article du New Scientist – Londres. Lu dans « Courrier International ». Titre original : « en Éthiopie, découverte d’une ancienne cité qui commerçait avec l’environnement ». Source