Étiquettes

, , , ,

Durant la présidentielle de 2015, lorsque Fillon se trouva dénoncé par la presse pour ses costumes fournis à des prix défiants toute concurrence, le Jack Lang, ex ministre de la culture, bellâtre de ces dames, ne devait pas en mener large dans ses complets, pensant à l’époque passer au travers de récriminations justifiées, c’était sans compter sur les investigations d’un « canard » de service. MC

Quinze ans de costards à prix d’or pour Jack Lang

Près de 600.000 € de costumes : tel est l’effarant cadeau que Jack Lang aurait reçu de la part du couturier Smalto en presque quinze ans, selon les enquêteurs. Le 20 novembre, à l’initiative du parquet, la brigade financière a perquisitionné les bureaux d’Alain Duménil, propriétaire de Smalto, ainsi que l’un de ses magasins, situé dans le VIIIe arrondissement parisien.

Les découvertes policières ont confirmé (et amplifié) les faits que « L’Obs » et « Le Canard » avaient rapportés en mars : les offrandes faites par le costumier à l’actuel patron de l’Institut du monde arabe ont duré quinze ans (de 2003 à 2018), et non cinq (de 2013 à 2018). A raison d’un montant de 40.000 euros annuels, leur montant pourrait représenter le triple des 200.000 euros évoqués alors.

Avec ses 13.000 euros pour ses vestes et pantalons Arnys, François Fillon peut aller se rhabiller ! La maison Smalto, toutefois, conteste les chiffres avancés.

La vérité est tailleur

Sur place, les policiers ont saisi des « carnets de coupe » mentionnant les mensurations exactes de « Djack », ainsi que des documents prouvant l’ancienneté des libéralités qui lui étaient faites.

Les costards étaient d’abord acquis à moitié prix par Alain Duménil, qui les offrait par la suite à son ami. Selon un acteur de l’enquête consulté par le Palmipède, cette manip constitue, pour le moins, une « bizarrerie comptable ». Vilaine calomnie ! Tout ça parce que Duménil s’est déjà vu importuné par la justice : en 2014, après la faillite du fabricant de chaussures Stéphane Kélian, que son groupe avait racheté, il a été condamné pour complicité de banqueroute. Il a également été condamné en 2017 pour fraude fiscale.

Avocat de Jack Lang, Laurent Merlet souligne que son client est « un ambassadeur de la mode depuis de nombreuses années » et que « les costumes Smalto [qu’il a reçus] ont toujours été portés dans le cadre de représentations officielles »… Une sorte de mission de représentation, en somme, pour laquelle aucun contrat n’a pu être produit. L’équipe de France de football, qui, naguère, s’est affichée en Smalto, en possédait un, elle, en bonne et due forme.

Quant à Nicolas Huc Morel, avocat de Duménil, il indique lui aussi qu’il est « d’usage, pour la plupart des grandes maisons de couture, d’habiller des personnalités publiques (…). Cette pratique permet de donner de la visibilité à la marque ». Tout en confirmant que « M. Jack Lang a pu se voir offrir des costumes à partir de l’année 2003 ou 2004 », et que ceux-ci « faisaient l’objet d’une remise de 50 % appliquée à M. Alain Duménil », il affirme que « le coût réel de ces costumes a pu représenter tout au plus une somme de 100.000 euros ».

Dans la mode, c’est connu : les pantalons et les vestes de qualité ont parfois des revers…


Article signé des initiales J.-F. J. – Le Canard enchaîné. 04/12/2019