Étiquettes

Il ne se passe pas une semaine sans que soit relaté dans tous les médias, des interrogations sur l’avenir des services publics, ses établissements, son personnel, ses fermetures d’unités, ses soins, ses transformations ou concentrations hasardeuses, etc … MC

Hôpital, on n’est pas si mal

L’hôpital coule, c’est le moment idéal pour trinquer en musique !

Le19 décembre, une cinquantaine de directeurs, sous-directeurs et sur directeurs de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) sont invités à une table ronde, suivie d’un apéro trop sympa, dans « un lieu mystère » avec traiteur et « musique ». Pas pour phosphorer sur la crise en cours, mais simplement pour… faire connaissance.

Car, histoire de simplifier son organisation, l’AP-HP a regroupé ses 39 hôpitaux en six groupes. Résultat : pour le seul « groupe AP-HP Nord », qui coiffe Lariboisière, Bichat, Beaujon, Saint-Louis ou encore Robert-Debré, le comité de direction compte pas moins de… 50 directeurs.

Lesquels s’ajoutent aux directions respectives de chaque hosto ! Qui a dit que l’hôpital manquait de personnel ? Pas de directeurs, en tout cas ! Ils sont si nombreux qu’ils n’arrivent pas à se connaître. D’où cette soirée intitulée « Meet-up », sur invitation… A ne pas confondre avec Meetic ?

« L’objectif de la soirée est d’échanger (…) sur notre fonctionnement et le travail en équipe à 50 », explique l’alléchant programme : « Management plus horizontal, outils collaboratifs, future of work (sic) seront les mots-clés de la soirée. » La start-up nation sera à l’honneur avant l’« apéritif en musique ». Et rien à voir avec l’orchestre sur le pont du « Titanic » !

Car la sauterie, illustrée par une photo de cadres hilares, tranche légèrement avec l’ambiance mortelle du moment. « Pendant qu’on embauche des tonnes de directeurs, on sous-paie des aides-soignants et des infirmières, qui préfèrent s’en aller, et des services entiers n’arrivent plus à tourner », dézingue un membre du Collectif inter-hôpitaux, qui appelle à une nouvelle manif le 17 décembre.

Avec ou sans requiem ?


Article signé des initiales I. B. – Le Canard enchaîné. 04/12/2019


Hôtel-Dieu 5 étoiles

Une opération de vandalisme », « un massacre » et « un projet scandaleux affranchi de toute considération patrimoniale »… Les experts de la Commission du Vieux Paris n’y sont pas allés mollo pour rédiger, le 21 novembre, leur avis sur la dernière mouture du projet de rénovation de l’Hôtel-Dieu. Présenté par l’Assistance publique (AP), celui-ci prévoit la construction de 7.000 m2 supplémentaires dans la partie hospitalière du bâtiment.

Prix homéopathique

Mais l’avis de la Commission n’est que consultatif et il a peu de chances d’être entendu par le préfet de Paris, qui doit accorder le permis de construire en lieu et place de la Mairie. Et pour cause : le chantier a la bénédiction du gouvernement. Il a également reçu l’aval de l’architecte des Bâtiments de France (un fonctionnaire qui dépend du ministère de la Culture).

L’AP entend rentabiliser cette parcelle de 2,2 ha idéalement située. Dans un premier temps, elle avait prévu de fermer totalement l’Hôtel-Dieu. Mais, face à la levée de boucliers, son directeur général, Martin Hirsch, a fini par se rabattre sur un partage mi-hôpital, mi-commercial.

Sur 35.000 m2, l’Hôtel-Dieu n’accueillera que des consultations médicales et disposera d’une petite unité de psychiatrie et d’un service d’urgences tourné vers la bobologie. Le reste, soit 20.000 m2, sera cédé pour une durée de quatre-vingts ans au promoteur Novaxia. Cet acheteur en gros d’immeubles de prestige (le château Rothschild de Boulogne-Billancourt, la poste centrale de la rue du Louvre…) va y installer 6.000 m2 de commerces (destinés à happer le flot de touristes de Notre-Dame), 10.000 m2 d’incubateurs (pour les start-up, pas pour les nourrissons prématurés) et une petite touche de social avec 3.000 m2 de logements étudiants et une Maison du handicap.

En échange, l’AP va toucher un loyer global de 144 millions. Ce pactole représente, en réalité, un prix imbattable mensuel de 7,50 euros le mètre carré.

L’opération n’est pas « un massacre » pour tout le monde !


Article signé des initiales H. L. – Le Canard enchaîné. 04/12/2019